BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

10.11.18 | Au couteau

Il n’aura pas manqué grand chose pour que le Brest Bretagne Handball enchaîne une troisième victoire consécutive en Ligue des Champions mais les Brestoises ne sont pas non plus passées loin d’une deuxième défaite face aux Danoises après celle début octobre. Le match nul qui est venu sanctionner la partie (28-28) aura donc sans doute laissé des regrets dans les deux camps mais il permet en tout cas au BBH d’avancer et de compter maintenant deux points avant le Main Round. Le week-end prochain, en Russie, les filles tenteront face à Rostov de faire grossir ce pécule.

« On peut interpréter les choses de manières tellement différentes. Ce match, on aurait pu le gagner mais aussi surtout le perdre. On a en tout cas toujours tendance à gâcher des ballons ». Si Laurent Bezeau se montrait mitigé quant au résultat de son équipe, qu’il savait pertinemment que les choses auraient pu très mal tourner, il regrettait ces nombreuses occasions manquées qui ont pollué l’avancée des Brestoises. Dans le camp d’en face, les conclusions étaient aussi un peu floues. « Je suis satisfait du résultat mais bien sûr on aurait aimé gagner, lâchait Claus Mogense, le coach de Copenhague. On sait toutefois que c’est quelque chose de difficile à faire à l’extérieur en Ligue des Champions. Je pense que c’est un bon point quand je vois le déroulé du match et le fait que Brest à eu la balle de match ».

Les Rebelles ont effet eu une trentaine de secondes pour décrocher la timbale mais l’ultime tentative d’Allison Pineau a trouvé sur sa route la gardienne danoise. En rembobinant quelques minutes auparavant, ce finish aurait très bien pu ne jamais exister quand les Scandinaves prirent deux longueurs d’avance à l’entrée du money time (24-26, 52e). « Chaque équipe a eu ses périodes, détaillait Laurent Bezeau. On a eu les ressources pour revenir en première et en seconde période et on doit féliciter les joueuses pour ça. Quand on était devant, on n’a jamais réussi à tuer le match et la fin s’est beaucoup jouée au mental ».

Pour cette troisième rencontre en six jours, l’un des éléments clés allait forcément être la faculté des Brestoises à gérer la fatigue. Toujours privé de Bella Gulldén, Cléo Darleux et Maud-Eva Copy, le collectif du BBH allait devoir compter sur de grosses qualités psychologiques et une intelligence de jeu. « Oui, la fatigue peut peut-être jouer mais on doit alors activer d’autres ressources, poursuivait Laurent Bezeau. On savait que les Nordiques ne baissaient jamais de rythme et il fallait donc être capables de se hisser à ce niveau d’intensité par moments et de casser leur dynamique à d’autres ».

Les périodes furent assez claires dans cette partie. Et si l’on vit dans un premier temps les Brestoises entrer de plain-pied dans les débats (9-6, 14e), on put aussi noter que les Danoises avaient de la capacité de réaction à revendre. Avec un 7-0 cinglant infligé aux locales, les choses avaient n’avaient pas mis longtemps à tourner (9-13, 22e). Mais les Brestoises allaient se nourrir de ce creux, le pire qu’elles aient connu durant la rencontre, pour rebondir et repartir de l’avant, si bien qu’à la pause, elles avaient à nouveau repris les commandes au bout d’un 5-0 (14-13, 30e).
« La différence avec le match aller est que Brest a cette fois mieux défendu, expliquait Claus Mogensen. Il y avait aussi de nouvelles combinaisons en face. C’était vraiment un match très tactique ».

Dès le retour des vestiaires, les Rebelles reprenaient un peu d’air (17-14, 35e) mais une nouvelle série remettait les Scandinaves dans le match (17-18, 39e). Le mano a mano devenait alors terrible. Copenhague parvenait à prendre une fois deux buts d’avance, ce qui ne fut plus le cas du BBH. « L’objectif était de perturber leurs courses et leur circulation, expliquait Laurent Bezeau. En première, on s’est en très sortis, en seconde on a davantage subi ».
On l’a déjà évoqué auparavant, la fin du match aurait pu tourner dans un sens comme dans l’autre et on retiendra essentiellement que le BBH a enregistré sa quatrième rencontre sans défaite consécutive en Ligue des Champions. C’est une belle petite performance après le zéro pointé de la saison passée.

Reste maintenant à tenter d’aller grappiller quelque chose à Rostov le week-end prochain en vue du Main Round dans quelques semaines. « On est dans l’apprentissage toujours, concluait Laurent Bezeau. Mine de rien, depuis le 29 août, on n’a perdu qu’un seul match, donc on progresse. À Rostov, Il y aura des points à prendre, on va donc aller dans la logique de gagner le match et si possible en jouant bien au handball. On sait cependant qu’on va y trouver un contexte particulier après un très long déplacement. On ne partira pas favoris ». Pour Copenhague, les choses sont d’ores et déjà plus claires puisque les Danoises seront au tour principal avec trois points, quoi qu’il arrive. « On n’avait pas spécialement d’attentes avant le début de la compétition, confessait Claus Mogensen. Dans nos rêves, on aurait aimé tout gagner à domicile mais on est quand même satisfaits avec ces trois points. On ne sait jamais ce qui va se passer au Main Round ».
Voilà une conclusion qui vaudra pour toutes les équipes.

BREST – COPENHAGUE : 28-28 (14-13)
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Mauny (1), Toublanc, Tissier (3), Gros (8), Pineau (2), Lagattu (2), Prouvensier (2), Pop-Lazic (5), Stoiljkovic (1), Foppa, Manach-Le Calvé, Coatanéa (2), Limal, Mangué (2). Entraîneur : L. Bezeau.
COPENHAGUE : Milling (g.), Sando (g.), Fons (2), T. Mork (7), Blohm (3), Meyer, Nusser, Kragballe (2), Alm (2), Lykkegaard (2), Bont (2), De la Cour (1), Dulfer (4), Blomstrand (2), Hansen (1). Entraîneur : C. Mogensen.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)