BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

10.11.17 | Marion Limal : « On ne doit avoir peur de rien »

Le Brest Bretagne Handball a bouclé la phase aller du championnat ce mercredi à Dijon avec une deuxième place au classement. Mais ce n’est pas encore la trêve pour les Brestoises à qui il reste deux rencontres de Ligue des Champions face aux gros bras que sont Rostov et Gyor. Marion Limal, auteure de belles prestations à Midtjylland et Dijon, estime les Brestoises capables d’aller embêter les Russes et pourquoi pas décrocher une première victoire en Ligue des Champions.

« Marion, revenons sur cette victoire à Dijon qui a bouclé d’une belle manière la phase aller…
- On savait que ça allait être une équipe accrocheuse qui allait nous poser quelques difficultés. On a bien commencé le match, on a vu des choses intéressantes et on a réussi à se positionner devant. Notre avance à la mi-temps était bonne. Ensuite, ça a été un peu plus compliqué, les Dijonnaises ont défendu de manière plus agressive, on a un peu perdu notre jeu mais on a réussi à rester devant. Je pense qu’on a fait une prestation sérieuse après une grosse série. On devait faire aussi avec quelques absentes et on avait besoin d’un match comme ça avant de recevoir Rostov.

- Justement, c’est en ce moment qu’on voit qu’un groupe élargi peut être utile…
- Oui, la saison dernière, on avait vu que dès que deux ou trois filles étaient absentes, c’était difficile. Cette année, on savait que ça allait nous apporter, davantage même encore avec la Ligue des Champions où il y a une intensité plus élevée. À Dijon, quand on voit que malgré nos absentes on arrive encore à gagner, c’est intéressant, on prend conscience de l’importance de ce groupe.

- Personnellement, tu as aussi davantage de temps de jeu en ce moment mais tu semblais plutôt bien le vivre quand tu jouais moins…
- On ne le vit jamais bien. On continue donc à travailler à l’entraînement, à apporter au maximum à l’équipe. C’est sûr que ça fait plaisir quand on a davantage l’occasion de s’exprimer et qu’on peut apporter sa pierre à l’édifice, ça redonne confiance. Je suis contente d’avoir pu en profiter mais je n’ai bien sûr pas envie que ça s’arrête, même quand le groupe sera revenu au complet. Dans ces cas-là, il faut en tout cas prendre son mal en patience et être présente quand on a besoin de moi.

- Que penses-tu de la phase aller de LFH qui vient de s’achever ?
- On voit que l’équipe a pris forme. Il y a eu des matches un peu compliqués mais on a réussi à ne rien lâcher, on a montré du caractère. Ce n’était pas forcément évident d’intégrer sept joueuses à l’intersaison mais sur le plan comptable, on se rend compte qu’on est mieux que l’année dernière. On a vu de quoi on était capables, y compris en Ligue des Champions même si on n’a pas été récompensées par des victoires.

- Est-ce que ça va être plus simple d’aborder les deux matches contre Rostov et Gyor maintenant que le boulot a été fait en championnat ?
- Je ne sais pas si on sera plus libérées mais le fait de savoir qu’il ne nous reste que deux matches avant la trêve internationale doit nous permettre de tout lâcher, surtout à domicile où on a envie de montrer à notre public qu’on peut aller chercher une victoire en Ligue des Champions. On est très motivées.

- Contre Rostov, il y a un coup à jouer ?
- Je pense qu’il y a quelque chose à aller chercher oui. On a montré qu’on était capables d’élever notre niveau de jeu et de nous surprendre nous-mêmes parfois. Rostov, c’est sûr que ça joue bien, qu’il y a de fortes individualités, mais si on est mobilisées toutes ensemble, on peut aller les chercher. On ne doit avoir peur de rien de toute façon. C’est notre dernier match à domicile et on aura à cœur de faire le maximum ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)