BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

10.10.17 | Filippa Idéhn : « Une culture vraiment différente »

À 27 ans, la gardienne suédoise Filippa Idéhn a fait le grand saut et rejoint Brest après des passages à Sävehof dans son pays et Esbjerg au Danemark. Pour la Scandinave qu’elle est, le changement a été radical en débarquant en France mais elle n’a pas tardé à trouver ses marques sur le terrain. Pour le reste, l’apprentissage est en cours mais avec le sourire.


« Filippa, as-tu apprécié de retrouver ce week-end la Ligue des Champions ?
- Oui, c’était un bon moment. C’est toujours sympa de jouer cette compétition et d’affronter les meilleures équipes en Europe. À Rostov, on a vraiment bien joué et Cléo a fait un match incroyable dans le but. On a su rivaliser avec cette équipe.


- Tu pensais que ça pourrait se passer comme ça ?
- Oui, enfin je l’espérais surtout ! (sourire) Cela dit, je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi bien. C’est vraiment cool d’avoir pu réaliser une prestation comme celle-là. Maintenant, si tout le monde reste en forme et est épargné par les blessures, on sera capables de rééditer cela même si ce sera forcément compliqué.

- Parlons un peu de toi et de ta nouvelle aventure en France ?
- C’est une bonne impression. J’aime mon équipe et les filles qui y jouent. Bien sûr, c’est une culture vraiment différente de la Suède, mon pays, et du Danemark où j’’évoluais juste avant, mais c’est intéressant de pouvoir apprendre des nouvelles choses tous les jours. Pour une Scandinave comme moi, le plus dur est la langue, je ne comprends pas bien le français, c’est la partie la plus compliquée de mon adaptation. Je dois souvent demander aux filles de m’expliquer ce que Laurent demande. Mais on se débrouille et j’espère surtout que je vais améliorer mon français !


- Cette nouvelle aventure, c’est ce à quoi tu t’attendais ?
- Oui, c’est juste embêtant que tout soit toujours fermé le dimanche ! (rires) Je n’étais pas habituée à ça. Mais sinon, j’aime l’atmosphère et l’ambiance mise par les supporters.


- Que penses-tu du championnat français ?
- Il est meilleur que ce que je pensais. Il y a vraiment beaucoup de très bonnes joueuses que je ne connaissais pas en plus des internationales que j’avais déjà affrontées. Ici, je trouve que c’est plus rapide qu’au Danemark, plus physique aussi. Il y a également l’aspect individuel qui est plus important en France, aussi bien en attaque qu’en défense. En suède ou au Danemark, j’ai l’impression que ça joue davantage ensemble alors qu’ici, les qualités individuelles prennent souvent le dessus ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)