BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

10.03.17 | Au pied de la montagne

Défaites de cinq buts la semaine dernière à domicile, les Brestoises joueront leur survie en Coupe EHF ce samedi (14 heures, heure française) à l’occasion d’un quart de finale retour très relevé dans la salle de Rostov. Le leader de la Super League russe attend le BBH de pied ferme et compte bien faire parler sa puissance face à une formation brestoise battue cette semaine à domicile par Chambray.

Si la mission paraissait ardue au moment du tirage au sort, elle l’est forcément un peu plus encore après une manche aller où les Russes ont su profiter à l’Arena des moindres erreurs locales pour creuser l’écart. « L’enjeu de ce match est surtout de sortir de la Coupe d’Europe dignement, avec de la fierté et en essayant de proposer la meilleure prestation possible, annonce Laurent Bezeau La qualification de Rostov me paraît actée mais ce qui va m’intéresser, c’est surtout la capacité à remettre de la qualité dans notre jeu après Chambray. Ce n’est pas forcément le meilleur match pour ça contre Rostov même si les filles aiment souvent quand ça brille… »

Chez les joueuses, la volonté de faire un coup est bien là mais cela n’empêche pas la lucidité. « Il faudra qu’on sorte une grosse partie, reconnaît Amandine Tissier. On aura l’obligation de faire un match complet. On doit se retrouver. On a un état d’esprit qui fait qu’on n’aime pas rester sur une rencontre comme Chambray. On fera de notre mieux à Rostov et on verra bien, après tout, pourquoi ne pas faire comme le Barça contre le PSG ? » (rires).

Au-delà de cette échéance européenne, la demi-centre du BBH apprécie surtout d’avoir retrouvé le groupe depuis une semaine, elle qui avait subi une grave blessure à la cheville au mois de janvier. « Je n’avais pas connu de gros problèmes physiques avant cela, poursuit-elle. J’ai surtout eu peur quand j’ai passé l’écho et qu’on m’a annoncé que le ligament était arraché. Comme je ne connais pas trop tout ça, ça m’a fait bizarre. En plus, c’est arrivé à une période où il y avait un match tous les trois jours. Quand j’étais dans les tribunes, c’était vraiment horrible, je ne pouvais rien faire, j’étais impuissante. J’étais impatiente de revenir avec le groupe et rien que le fait d’être de nouveau avec les filles, c’est génial ».

Amandine, qui a fait son retour contre Rostov au match aller, a pu observer de près la machine russe et en a tiré avec ses coéquipières de riches enseignements : « C’est une grosse équipe mais on s’est aussi peut-être sous-estimées avant le match, on s’est dit que ça jouait la Ligue des Champions et on s’est forcément demandé si on était à ce niveau-là. On a en tout cas vu que dès qu’on perdait un ballon, derrière c’était but. C’est rapide, ça court beaucoup, tout le temps. Pour les impacter, c’est très compliqué ».

Quelle que soit l’issue de cette confrontation, le coach brestois peut en tout cas déjà tirer quelques leçons de cette initiation en Coupe d’Europe. « C’est une première expérience donc je trouve qu’aller en quart de finale, c’est déjà un beau parcours, reconnaît Laurent Bezeau. On aurait pu avoir un tirage peut-être plus favorable pour espérer une demi-finale mais il aurait fallu rencontrer Rostov à un moment de toute façon. Il y a eu beaucoup de choses qui se sont accumulées cette saison. Après l’épisode extraordinaire l’an dernier, on a l’impression de manger tout le pain noir qu’on n’avait pas mangé. On apprend en tout cas qu’en Coupe d’Europe, on laisse beaucoup d’énergie et qu’on le paie cash en championnat. Si on n’a pas de joueuses qui ont la culture de ce genre de challenge ou que l’effectif est insuffisant, c’est compliqué de relever les défis ».

Le principal sera en tout cas d’avoir inscrit pour la première fois le nom du Brest Bretagne Handball sur la carte européenne du handball, là où certaines formations figurent depuis des décennies. « On espère que ça aura permis de nous faire connaître, souffle le coach. Mais il faudra déjà être capables de se qualifier pour une Coupe d’Europe d’ici à la fin de la saison et ce n’est pas gagné. Pour l’instant, j’ai le sentiment qu’on se fait surtout un nom par notre budget, quelques individualités et notre formidable public à l’Arena ». Reverra-t-il un match européen cette saison ? Réponse demain à 14 heures (heure française, diffusé en différé sur La Chaîne L’Équipe à 19 heures).


(crédit photos : O.Stephan/BBH)