BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

09.08.19 | Ana Gros : « Avec de nouvelles énergies »

Actuellement en stage avec ses coéquipières au Monténégro, Ana Gros n’a qu’une idée en tête : regarder droit devant et ne se servir de la saison passée que pour améliorer l’actuelle. Avec les recrues et un nouveau chapitre du club à écrire, l’heure est à la renaissance pour ce groupe en pleine préparation.

« Ana, après une saison compliquée, quel est le meilleur moyen d’aborder celle-ci ?
- On recommence avec de nouvelles énergies, on repart sur une page blanche. Il faut oublier tout ce qui s’est passé l’année dernière tout en se servant des erreurs qu’on a faites. On ne veut pas revivre la même chose mais on doit être capables de refaire ce qui a été positif, il n’y a pas eu que du mauvais. On doit se concentrer sur nous, sur notre jeu avec les nouvelles filles qui nous ont rejointes.

- Personnellement, tu as mal vécu la saison passée ?
- Ce n’est pas un secret, ce n’était pas facile. Pour chaque professionnel, c’est difficile quand tu perds mais bon, je me suis aussi dit qu’il fallait apprendre de ça. On ne peut pas avoir des saisons au top tout le temps. Parfois, tu es en bas, c’est ça le sport, ce n’est pas si grave, on va continuer et faire mieux cette saison.

- Quelle peut être la force du nouveau groupe ?
- Déjà on a toutes envie de bien faire et de gagner. Tout le monde sait ce qu’il s’est passé l’année dernière et donc tout le monde a envie de faire beaucoup mieux. Tout ça nous a donné la force pour tenter de réaliser un meilleur parcours. Chaque nouvelle joueuse ramène quelque chose de bien aussi, tout cela ensemble peut donner quelque chose. On  aussi un groupe composé de jeunes joueuses et de plus expérimentés, et ça c’est une vraie force également.

- Aujourd’hui, tu estimes avoir un rôle à jouer en tant que cadre ?
- Je pense que oui. À 28 ans, j’ai de l’expérience et je peux être l’une de ces joueuses qui va aider les nouvelles à s’intégrer le plus vite possible par exemple. S’il faut être leader aussi sur le terrain, je ne vais pas me cacher, je n’ai pas peur de dire ou de montrer des choses. Et si les jeunes ont besoin de conseils, je suis toujours là.

- Que penses-tu de la préparation cette saison avec moins de matches mais d’un plus gros niveau ?
- Ce n’est pas facile de commencer tout de suite avec des équipes comme Buducnost ou Valcea vu qu’on ne sait pas trop où on en est. Mais ce n’est pas grave non plus, on voit comment ça se passe et on peut ensuite travailler sur les erreurs qu’on aura faites. On ne se sent pas encore très bien ensemble, c’est normal vu que ce n’est que le début. Face à ces grosses équipes, on va rapidement voir ce qu’il nous manque pour être au niveau en Ligue des Champions.

- Que penses-tu du niveau de la prochaine Ligue Butagaz Énergie qui va débuter le 28 août ?
- Il y a beaucoup de nouvelles bonnes étrangères qui arrivent et le championnat va être très fort. C’était déjà le cas et avec ces noms connus qui débarquent, ça va augmenter encore. Ça va rendre la compétition encore plus intéressante, plus dure, et c’est mieux pour tout le monde. Moi en tout cas j’ai envie de jouer contre toutes ces équipes ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)