BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

09.02.17 | Sladjana Pop-Lazic va pivoter vers Brest !

C’est un joli coup qu’a réalisé le Brest Bretagne Handball en attirant pour les deux prochaines saisons Sladjana Pop-Lazic. La pivot serbe (28 ans), troisième recrue du BBH version 2017/2018, fait actuellement les beaux jours du Metz Handball qu’elle a rejoint en 2015 et avec qui elle a décroché le titre national en mai dernier.

Née à Belgrade, Sladjana a commencé à faire parler d’elle dans le club serbe de Naisa Nis avant de migrer vers Zajecar où elle a évolué un an en compagnie de Marta Mangué et Jovana Stoiljkovic, cette dernière venant également d’être recrutée par le BBH.


C’est à Besançon qu’elle a débuté sa carrière française en 2012 (deux saisons en LFH et une en D2, avec au bout le titre de meilleure joueuse du championnat). À partir de 2015, à Metz (où elle a remplacé la Néerlandaise Yvette Broch), elle a petit à petit fait son trou, au point de boucler l’exercice 2015/2016 avec la couronne de championne de France et la récompense individuelle de meilleure pivot du pays. Cette saison, elle poursuit sa progression, autant en LFH qu’en Ligue des Champions où sa performance face à Buducnost en novembre (8/8 aux tirs) n’est pas passée inaperçue. Sortie d’un bel Euro avec la sélection serbe et forcément courtisée sur le continent, elle a finalement opté pour le projet brestois auquel elle croit énormément. Le BBH pourra ainsi s’appuyer sur une joueuse expérimentée et très opportuniste, figurant chaque année depuis son arrivée en France dans le Top 20 des marqueuses.

Bienvenue Sladjana !


Sladjana POP-LAZIC

Serbe
Pivot
28 ans, née le 26 juillet 1988
1,76m ; 70kg

Clubs précédents : Naisa Nis (SER, 2007-2009), Zajecar (SER, 2009-2012), Besançon (LFH puis D2, 2012-2015), Metz (LFH, 2015-2017).
Palmarès : Championne de Serbie en 2008 avec Naisa Nis et 2010, 2011, 2012 avec Zajecar ; championne de France de D2 avec Besançon en 2015 ; championne de France avec Metz en 2016.
Distinctions individuelles : meilleure joueuse de D2 en 2015 ; meilleure pivot de LFH en 2016.
Internationale serbe : 70 sélections

Laurent Bezeau (entraîneur du BBH) :
« Je n’avais pas forcément prévu de la recruter tout de suite même si Marta m’en avait parlé en bien. Sladjana s’inscrit dans la logique de la joueuse « yougoslave », c’est-à-dire une bonne joueuse de sport collectif, intéressante dans tous les secteurs du jeu. Elle est opportuniste et sent les espaces à utiliser pour marquer des buts. Son arrivée permettra au club de continuer à évoluer vers les ambitions souhaitées. L’adaptation sera d’autant plus facile pour Sladjana qu’elle évolue en France depuis cinq ans et parle notre langue ».


« J’aurais été bête de ne pas accepter ça ! »

« Sladjana, tu es aujourd’hui une joueuse importante de Metz, pourquoi décider de rejoindre Brest ?
- Il y a plusieurs raisons. Déjà, l’année prochaine, Brest sera une très bonne équipe avec l’objectif de jouer la Ligue des Champions ou la Coupe EHF. Au BBH, il y a aussi Marta Mangué avec qui j’ai joué à Zajecar en Serbie et ça me plait de pouvoir être encore dans la même équipe qu’elle. Il y avait aussi Jovana Stoiljkovic avec nous (NDLR : en 2011-2012). Ce sont de bons souvenirs pour moi et je serai contente de les revoir, sachant qu’en plus, Jovana et moi sommes en sélection serbe ensemble. Je sais qu’à Brest, ça va bien se passer. Si ce n’était pas bien, Marta ou Allison (Pineau) par exemple n’y seraient sûrement pas allées ! (rires)

- Tu sors notamment d’un très bon Euro en Suède avec la Serbie, tu devais donc être très convoitée…
- Oui mais comme je suis en France depuis 5 ans, que je m’y sens bien et que le championnat LFH est fort, je préférais rester ici. Brest m’a fait une belle proposition avec une bonne équipe pour la saison prochaine. J’aurais vraiment été bête de ne pas accepter ça !

- Après Besançon et Metz, tu vas connaître un troisième club en France. Tu espères y passer un cap supplémentaire ?
- Je pense que oui. J’espère en tout cas continuer à progresser. Quand je suis arrivée à Metz, il y avait Nina Kanto mais ça ne me posait pas de problème parce que j’avais confiance en moi. J’ai fait mon travail, je me suis entraînée dur et j’ai été récompensée dans le jeu. Je pense de toute façon que dans la vie on peut toujours progresser, chaque jour on apprend quelque chose.

- On te connaît en tant que joueuse mais quel genre de femme es-tu dans la vie ?
- J’aime beaucoup rigoler et blaguer. J’apprécie d’aller en ville boire un café, manger au restaurant ou faire du shopping. Aujourd’hui je parle français mais j’ai de la chance parce que depuis que je suis dans ce pays, j’ai toujours eu une fille serbe ou des Balkans avec moi. À Metz, Marina Rajcic est Monténégrine donc elle parle la même langue et Ana Gros est Slovène mais parle également serbe. Et puis, il y a Grâce Zaadi qui essaie de parler de temps en temps avec moi. Du coup, elle devient « Grâce Zaadic » ! (rires)

- Qu’apprécies-tu en France pour vouloir y rester ?
- Je pense qu’ici il y a moins de pression, je ne la ressens pas beaucoup en tout cas. On peut parler de tout sans problème, je suis à l’aise dans ce pays.

- Collectivement et individuellement, quels seront tes objectifs avec Brest ?
- Gagner des titres bien sûr ! Ce sont mes objectifs pour l’équipe et pour moi.

- On va parler un peu de l’Arena…
-…(elle coupe)…Elle est magnifique ! Avec tous ces supporters, l’ambiance y est vraiment parfaite. Il y a plein de monde mais les gens ne restent pas assis, ils sont bouillants tout le match et ça fait plaisir de jouer au milieu de ça.

- Et le 22 mars ? Que va-t-il se passer ?
- Comme je suis Messine, j’espère que Metz va gagner ! (rires). Je n’avais pas noté la date mais vu comment tu me poses la question, je me doute que tu parles de ça ! Je suis professionnelle donc Brest, ce sera pour plus tard, pour le moment je suis à Metz et mon objectif sera de gagner ce match »


(crédits photos : mosellesport.fr et handnews.fr)