BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

08.08.17 | Amandine Tissier : « Envie de montrer des choses »

Lancée avec ses coéquipières dans la préparation depuis plus de trois semaines, Amandine Tissier voit avec plaisir arriver les deux premières rencontres amicales cette semaine (jeudi et vendredi face à Issy-Paris, interdit au public). Dans un groupe très étoffé cette saison, chaque joueuse aura envie de faire sa place avec un objectif commun au bout : ramener des victoires et si possible des titres.

« Amandine, que penses-tu de la préparation pour le moment ?
- Ça prend forme ! On est parties tranquillement sur un stage de cohésion à Valloire où on n’a pas forcément beaucoup touché la balle. Là, depuis qu’on est revenues à Brest, on a enchaîné physique et handball. Petit à petit, ça se met en place. La semaine dernière, on a davantage bossé la défense, cette semaine c’est l’attaque. Il y a les affinités avec celles qui étaient déjà là et puis les nouvelles s’intègrent au fur et à mesure, sur le terrain et en dehors.

- Qu’as-tu pensé du séjour à Valloire ?
- Le lieu était déjà une nouveauté parce que d’habitude on va à Mûr-de-Bretagne. Là, c’était carrément autre chose. Et le fait que Laurent l’aie placé en tout début de préparation, j’ai trouvé ça plutôt bien parce que dès le départ ça nous a obligé à faire connaissance avec les nouvelles. La localisation du stage nous a permis de faire des activités durant lesquelles on a pu se mélanger davantage que quand il n’y a que du handball au programme.

- On dit souvent que c’est compliqué pour les nouvelles d’intégrer une équipe mais pour les anciennes, est-ce aussi délicat d’accueillir de nouveaux éléments ?
- C’est vrai que ce n’est pas facile. On a quand même la chance d’avoir quelques « fausses » nouvelles comme Pauline (Coatanéa) ! (sourire). C’est sûr en revanche qu’avec les Suédoises (Louise Sand et Filippa Idehn), c’est plus compliqué parce qu’il y a la barrière de la langue mais on a tout fait pour les mettre dans le bain. Ça va dans les deux sens et pour l’instant ça se passe plutôt bien.

- On entre cette semaine dans une nouvelle phase de préparation avec les premiers matches amicaux. Il y a de l’impatience ?
- Pour les matches, oui. On ne tourne pas forcément en rond jusqu’à maintenant parce qu’on fait plein de choses différentes à l’entraînement mais tout le monde a évidemment envie de montrer des choses sur le terrain alors on attend les deux rencontres face à Issy-Paris, on a hâte !

- Sens-tu une pression particulière autour du groupe cette saison ?
- Pour le moment, non. On en est à la préparation et on n’a pas encore vu beaucoup les présidents ou les personnes importantes qui pourraient nous mettre cette pression. De notre côté, c’est clair qu’on a envie de faire encore mieux que la saison passée. Les nouvelles ont également été recrutées pour gagner des trophées. On ne se met pas de pression mais on est toutes conscientes que cette année, il va falloir aller chercher au moins un titre.

- Individuellement, tu pourrais avoir davantage de temps de jeu cette saison du fait de l’absence d’Allison. T’es-tu préparée à ça ?
- Pas forcément mais je sais qu’il va falloir que je sois bien présente. On va jouer sur tous les tableaux et on veut disputer toutes ces compétitions. Les temps de jeu vont donc être partagées. Que je joue 2 ou 60 minutes, ça me va tant qu’il y a une victoire au bout et au moins un titre à la fin de la saison !

- Penses-tu que tu as encore un cap à franchir ?
- Bien sûr ! Déjà l’année dernière, on a eu la chance de faire la Coupe d’Europe, c’était un palier à passer et cette saison, c’est la Ligue des Champions donc ça va être encore complètement différent. Il va falloir être carrées et faire les choses correctement ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)