BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

07.11.18 | Brest monte en rade

Entre deux matches de Ligue des Champions, les Brestoises ont assuré l’essentiel en engrangeant à Toulon une neuvième victoire (29-26). Ce nouveau succès avant la trêve de LFH les laisse donc invaincues en France avant d’aborder deux rencontres importantes sur la scène européenne. Dans le Var, pour n’avoir pu su se mettre suffisamment à l’abri, le BBH a dû cravacher jusqu’au bout face à une formation toulonnaise valeureuse et qui aura bien joué le coup. Tous les voyants sont donc maintenant au vert pour aborder la confrontation avec Copenhague samedi à la Brest Arena.

Après s’être sorties du piège chambraysien une semaine auparavant, les Brestoises ont remis ça au Palais des Sports de Toulon. Placées au cœur d’un âpre parcours continental, ces deux rencontres auraient pu mal tourner pour les Rebelles mais avec dans les deux cas de la maîtrise en fin de partie, ce sont bien deux victoires qui sont venues grossir leur bilan de saison. C’est donc un choc d’invaincus contre Metz qui se tiendra le 29 décembre à l’Arena entre les fêtes, les Lorraines abordant ce rendez-vous avec un petit point d’avance seulement. Ce parcours national à la trêve est le meilleur depuis l’accession du BBH en Division 1. « On est invaincus et ça fait du bien, lâchait avec le sourire Laurent Bezeau. On reprendra par contre avec un très gros match et malheureusement peu de préparation en raison du retour tardif des internationales ».

D’ici là, pas mal d’eau aura coulé sous les ponts et l’actualité brûlante des Finistériennes va se situer dans trois jours seulement avec la réception des Danoises de Copenhague. « On a gagné notre place au Main Round, pour une deuxième année de participation, c’est pas mal, poursuivait le coach brestois. Les cartes sont maintenant redistribuées mais le mieux pour aborder cette phase serait d’avoir au minimum trois points en battant les Danoises ».
C’est en tout cas libérées des « formalités » hexagonales que les Brestoises se jetteront à nouveau dans le bain européen ce week-end. Pour en arriver là, elles ont dû savoir souffrir dans le Var, peut-être plus qu’elles ne l’avaient imaginé, mais elles ont sauvé l’essentiel. « On avait joué dimanche dernier (contre Sävehof), on ne s’était pas entraînés et on avait voyagé avec un déplacement compliqué, avançait Laurent Bezeau. Peut-être que certaines voulaient en garder sous le pied, peut-être que d’autres n’avaient pas retrouvé le rythme ».

Comme à Chambray une semaine avant, les Rebelles avaient pourtant pris un bon départ (3-8, 16e) dans le sillage d’une Filippa Idéhn effiace dans les cages. Mais face à l’activité d’Abdourahim notamment, elles ne parvenaient pas à décoller les Toulonnaises, privées de quelques éléments mais déterminées. À la pause, il y avait encore tout à faire car l’avance de deux buts paraissait bien maigrelette (11-13, 30e). « Ce soir, on s’est prouvé qu’on pouvait jouer contre n’importe qui, même si on n’a pas pris les points, débriefait Sandor Rac, le technicien du TSCV. On s’est rassuré sur notre fond de jeu, que ce soit en défense ou en attaque ».

Sur l’aspect mental de ses troupes, le technicien serbe a aussi dû noter quelques points positifs. Car si les Brestoises semblaient bien reparties de l’avant au retour des vestiaires (13-18, 36e), le chewing-gum toulonnais était bel et bien encore sous la chaussure. Malgré une Pauline Coatanéa impeccable en seconde période, les Sudistes montraient de la vigueur pour recoller encore et toujours. Et ce qui pendait au nez du BBH finissait par lui arriver avec une égalisation à 21-21 (45e).
« À Toulon, il y a de bonnes joueuses comme Dembélé, Kramer, Abdourahim, Jankovic, énumérait Laurent Bezeau. En deuxième mi-temps, on pensait avoir pris le large mais en face ça jouait bien et on a fait quelques petites erreurs. Notre première période avec huit pertes de balle et onze tirs ratés, dont six immanquables, nous avait laissés à portée de l’adversaire ».

C’était alors un nouveau match qui commençait et quinze minutes durant lesquelles les Brestoises allaient montrer qu’elles avaient du métier. Allison Pineau à la baguette, Marion Limal féroce en défense et Pauline Coatanéa impériale enchaînant les lucarnes sortaient alors le BBH d’un bien mauvais piège.

Il en faudra certainement davantage samedi pour terrasser Copenhague mais dans leur Arena, les filles ont souvent montré qu’elles pouvaient déplacer des montagnes. La fatigue commence à se faire sentir mais à deux matches de la trêve, il serait dommage de céder. 

TOULON SAINT-CYR – BREST : 26-29 (11-13)
TOULON SAINT-CYR : Depuiset (g.), Serdarevic (g.), Jankovic (g.), Rittore (1), Julien (1), Kramer (5), E. Puleri (5), Dembélé (6), Abdourahim (6), Sajka (1), Eradze, Caramello, Cvijic (1), Leroux. Entraîneur : S. Rac.
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Mauny (2), Toublanc (1), Tissier (2), Gros (5), Pineau (1), Pop-Lazic (6), Stoiljkovic (5), Foppa, Manach-Le Calvé, Coatanéa (6), LImal, Mangué (1). Entraîneur : L. Bezeau. 


(crédit photos : Giofab photos sports)