BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

07.10.17 | Les yeux dans les yeux

Si le Brest Bretagne Handball avait toutes les raisons du monde de craindre ce baptême du feu en Ligue des Champions chez un des favoris de l’épreuve, il est finalement ressorti du match avec de belles promesses nées d’une prestation aussi solide que fondatrice. On ne pourra jamais se réjouir d’une défaite mais de ce long déplacement sont ressorties plein de choses positives qui représentent aujourd’hui la meilleure base de travail possible pour le groupe.

Le Palace of Sports de Rostov aura donc dû attendre la dernière minute de la partie pour enfin souffler et célébrer ses joueuses. Ils étaient certainement aussi nombreux dans les tribunes que dans les médias à prédire au BBH un rude bizutage dans l’épreuve-reine. Las ! Ils en ont tous été pour leurs frais et ont pu constater que les joueuses de Laurent Bezeau n’ont non seulement pas été ridicules mais ont carrément fait douter le récent vainqueur de la Coupe EHF et son effectif XXL.

« Avant ce match, on ne pensait pas pouvoir embêter Rostov même si on s’était dit qu’il fallait oser pour faire taire les pronostics qui nous voyaient largement perdants, débriefait le coach brestois après la rencontre. On se devait de défendre nos couleurs avec fierté ». Sur ce point-là, la mission a été accomplie, les Brestoises poussant dans leurs derniers retranchements des Russes contraintes de livrer leur destin à la folie de la talentueuse Vyakhireva dans le money-time. « Il y a beaucoup de déception parce qu’on se rend compte qu’on n’est pas passés si loin, poursuivait Laurent Bezeau. On a été capables de revenir et ça se joue finalement sur des petits détails, un tir, une perte de balle, une défense… »

Soulignée par le technicien brestois, la capacité des Brestoises à ne pas sombrer à deux moments importants du match a été remarquable. « On savait qu’on aurait des soucis d’organisation collective, justifiait Frédéric Bougeant. C’est dommage parce qu’on a mis Brest deux fois à la rupture, en 1e (6-3, 11e) et en 2e mi-temps (20-15, 39e) et dans ces moments là, on a justement manqué de repères et de relations pour plier le match ».

Outre une efficacité retrouvé en attaque sur la ligne arrière, les raisons de tout ça sont en priorité à mettre au crédit d’une défense brestoise capable de remarquables séquences rendant aphones les filles de Rostov et dans une prestation de haute volée de Cléo Darleux dans les buts. « La clé pour nous était le repli défensif, expliquait Laurent Bezeau. Je pense que de côté-là, on a été au rendez-vous. Quand on a pris confiance, on s’est solidarisés et on a enchaîné les différentes phases avec beaucoup d’engagement et de justesse. À un moment donné, Rostov n’arrivait plus à nous mettre des buts. C’était plaisant et on aurait aimé que ça tienne jusqu’à la fin ».

Ce fut pour ainsi dire pas si loin d’arriver. Quand Marta Mangué égalisa ainsi à 23-23 à 3 minutes du buzzer, ils étaient sûrement nombreux dans le camp adverse à ne pas en mener large. La crispation aperçue chez les Brestoises en tout début de match pouvait alors à tout moment basculer sur les épaules des favorites qui sans une grande Vyakhireva dans les derniers instants auraient certainement laissé des plumes dans cette histoire. « J’avais senti beaucoup de nervosité chez mes joueuses les trois jours avant le match, confirmait Frédéric Bougeant. C’est bien qu’il y ait de l’excitation pour le lancement de la Ligue des Champions mais rien de tel que le calme et la stabilité dans la préparation. Certaines ont parlé de revanche dans cette compétition et c’est incompatible avec la performance ».

Côté brestois, on aura en tout cas disputé ce baptême du feu sans se prendre la tête et cela aurait pu mener à un retentissant exploit. Restera maintenant à confirmer. « Tu ne peux pas être satisfait avec une défaite, concluait Laurent Bezeau. Mais on se rend aussi compte qu’on n’a pas perdu n’importe comment. Ça me montre qu’on est capables de faire certaines choses et qu’on a des qualités morales. J’espère qu’on sera en mesure de s’appuyer là-dessus et que ce ne sera pas qu’un one shot ». Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour le savoir. Une semaine tout au plus. Car dès dimanche, c’est carrément le champion d’Europe en titre qui débarquera à l’Arena. La meilleure équipe du monde, rien que ça.

ROSTOV – BREST : 26-24 (14-13)
ROSTOV : Pessoa (g.), Sedoykina (g.), Slivinskaya, Managarova (3), Petrova (1), Rodrigues (3), Vyakhireva (4), Sudakova, Maslova, Makeeva (5), Dembélé, Bulatovic (4), Ilina, Stepanova, Barbosa (2), Borshchenko (4). Entraîneur : F. Bougeant.
BREST : Darleux (g.), Idehn (g.), Tissier (2), Geiger (2), Copy (2), N’Gouan (1), Herbrecht, Prouvensier (1), Sand (2), Pop-Lazic (1), Stoiljkovic (6), Manach-Le Calvé, Coatanéa (3), Burlet, Limal (1), Mangué (3). Entraîneur : L. Bezeau.