BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

07.04.17 | Un bon coup à jouer

Remis en selle après son succès à Besançon la semaine dernière, le BBH, assuré de ne pas terminer au-delà de la troisième place en championnat, retrouve ce week-end la Coupe de France pour un quart de finale indécis contre Nantes. Face à une formation battue à deux reprises cette saison en LFH, les Brestoises tenteront de se hisser dans le dernier carré d’une compétition dont elles sont les tenantes du titre.

Un mois sans victoire, le Brest Bretagne Handball a connu une période difficile en mars qui a pris fin sur un succès samedi dernier dans la salle de Besançon (20-26). Soulagées d’avoir pu repartir de l’avant, les Brestoises ont chassé les doutes qui avaient pu s’immiscer dans leur esprit. « Ça a vraiment fait du bien au moral, confirme Stéphanie Ntsama Akoa. À Besançon, on a été malmenées en début de match mais on a su rester sereines, on n’a pas paniqué. On était vraiment contentes de nous, on s’était retrouvées et le travail de la semaine avait payé. Il fallait réagir et on l’a fait. Maintenant, il y a encore du boulot même si c’est encourageant ».

Battu à cinq reprises consécutivement, le BBH ne pouvait se permettre une nouvelle déconvenue et a su sortir au bon moment de cette mauvaise dynamique. « Enchaîner une défaite de plus, ça aurait été vraiment très dur, rajoute Alice Durand. Cette victoire est tombée à point nommé pour nous relancer car il fallait sortir de cette spirale négative ». Au cœur de ce redressement, il y a bien sûr eu du travail, davantage avec le rythme des matches qui s’est adoucit, mais pas que. « On fait à nouveau une grosse préparation parce qu’on veut être au top au début des play-offs, explique la capitaine brestoise. On est mieux dans les têtes, on a du temps. Auparavant, on était toujours dans l’urgence ». Libérées de la Coupe d’Europe depuis un mois, les filles profitent d’échéances plus espacées pour remettre les compteurs à zéro physiquement mais aussi dans la cohésion. « Il y a eu beaucoup d’échanges dernièrement entre les joueuses ou avec Laurent, détaille Alice Durand. Je trouve que c’est un élément positif pour préparer la suite ».

Cette suite, dans l’immédiat, se fera sous la bannière de la Coupe de France. Tenantes du titre, les Brestoises n’ont pas l’intention de lâcher le morceau mais il faudra pour cela commencer par écarter les Nantaises. « On veut revoir Bercy, assure Stéphanie Ntsama Akoa. On est des compétitrices et on se dit que c’est faisable de conserver la coupe parce que les oppositions se font sur un match sec. C’est en tout cas beaucoup plus facile à appréhender maintenant qu’on n’a plus qu’une rencontre par semaine ». Alice Durand, qui faisait partie du groupe victorieux à Paris il y a un an, n’a pas non plus besoin qu’on la convainc : « Celles qui ont vécu l’aventure l’année dernière savent que c’est un événement extraordinaire. Quand tu as la chance de jouer à Bercy, tu ne penses qu’à y retourner le plus vite possible. Et puis, si tu remportes cette compétition, tu es forcément en Coupe d’Europe, ce n’est pas rien ! ».

Alors vous l’aurez deviné, pour rejoindre la finale, il faudra déjà commencer par passer ce quart de finale piège dans une Arena qui affichera encore complet. « On fait abstraction du parcours de Nantes qui est un peu parallèle au nôtre, annonce Stéphanie Ntsama Akoa. Il faudra maîtriser cette équipe de toute façon mais ne surtout pas croire que c’est acquis d’avance sous prétexte qu’on a gagné les deux premiers matches en championnat ». Pour Alice Durand, ce sera presque un saut dans l’inconnu face à un « nouveau » Nantes : « Pour la première fois face à nous, elles seront au complet avec notamment Stoiljkovic et Moldrup. Ce n’est pas une autre équipe mais presque. On va devoir faire attention, ce Nantes-là est une équipe forte ».

Rendez-vous demain à l’Arena pour les heureux possesseurs d’un sésame. Pour les autres, beIN Sports leur permettra de suivre la rencontre en direct à 20 heures. Allez BBH !


LE GROUPE BRESTOIS : 
Cléopatre DARLEUX, Sandra POUCHARD, Maud-Eva COPY, Alice DURAND, Marion LIMAL, Stéphanie NTSAMA AKOA, Amandine TISSIER, Allison PINEAU, Marta MANGUÉ, Nabila TIZI-SADKI, Alicia TOUBLANC, Marie PROUVENSIER, Astride N'GOUAN, Gaëlle LE HIR.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)