BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

06.10.18 | Il y avait pourtant la place

Le Brest Bretagne Handball devra attendre encore un peu avant de décrocher sa première victoire en Ligue des Champions. Les Brestoises avaient pourtant bon espoir de pouvoir le faire avant la rencontre contre Copenhague, c’était d’ailleurs encore le cas à la pause, mais une deuxième période ratée les a finalement privées de ce bonheur (32-28). C’est donc le premier revers de la troupe de Laurent Bezeau cette saison qui va vite pouvoir se tourner vers d’autres échéances puisque la semaine qui arrive est capitale avec les réceptions de Besançon mercredi et Rostov samedi.

« Ce match est une grosse déception parce qu’on ambitionnait vraiment de battre Copenhague, lâchait après la rencontre un Laurent Bezeau très touché. Maintenant, on savait que c’était une rencontre à l’extérieur et chez des Nordiques, un contexte excessivement difficile ». « Honnêtement je suis très déçue, appuyait Ana Gros. Aujourd’hui, il y avait tout pour gagne ce match ». Vous l’aurez vite compris, c’était la soupe à la grimaces dans les rangs de la délégation brestoise cet après-midi. Sans doute parce que les Brestoises ont cru avoir la partie en main à plusieurs reprises, sans doute également parce que cette saison, de lourdes attentes pèsent au-dessus de cette formation.

De cette rencontre, il faudra essentiellement retenir deux moments-clés, nettement à l’avantage des Bretonnes mais suivies de gros passages à vide. Le premier, juste avant la mi-temps, voyait le BBH disposer de cinq unités d’avance sur les Danoises (11-16, 28e), le second intervenait 10 minutes plus tard quand les Rebelles menaient de deux buts avec une supériorité numérique en prime (21-23, 38e). Dans les deux cas, ces instants qui auraient dû constituer de belles rampes de lancement ont été annonciateurs de séquences troubles. « À 16-11, on s’est à nouveau fait marcher sur la gueule et en deuxième mi-temps, on a peut-être un peu baissé les bras, poursuivait Laurent Bezeau. Un bras de fer s’est installé et il ne fallait pas lâcher mais on n’avait peut-être plus les ressources collectives pour obtenir autre chose ».

Pourtant, quel bonheur cela avait été de voir les Brestoises prendre le match en main au cœur de la première période. Car après une entame cafouillée ayant permis rapidement de goûter au jeu rapide nordique (7-3, 9e), Allison Pineau et ses coéquipières s’étaient rebiffées de fort belle manière, infligeant en une vingtaine de minutes un terrible 13-4 aux Scandinaves, grâce notamment au duo stratosphérique Ana Gros – Sladjana Pop-Lazic (18 buts). « Mais on s’est alors euphorisés et on a pensé que le match devenait facile, regrettait le coach brestois. Elles sont revenues à 18-16 à la mi-temps alors qu’on aurait dû avoir au moins cinq buts d’avance ».

Une deuxième belle opportunité allait donc se présenter un peu plus tard, quand, malgré la tourmente, l’écart s’était stabilisé à deux buts d’avance pour le BBH. Une supériorité numérique venait donner un coup de pouce aux Brestoises mais, mal exploitée, elle permettait au contraire à Copenhague de revenir aux affaires (25-24, 48e). « Peut-être qu’on a été en difficulté mentalement, avançait Ana Gros. Dans le money time, il fallait juste se calmer et continuer à jouer notre jeu. On a souvent voulu faire trop vite les choses et ça nous a fait perdre des balles. On doit pouvoir garder la tête froide ».

Hélas donc, la dernière égalité du match (25-25, 48e) était le début de la fin pour le BBH qui allait voir, dans la panique, s’envoler la formation scandinave. « En deuxième mi-temps, ça se jouait forcément au mental et on n’a pas su maintenir la pression dans ce domaine, expliquait le coach brestois. Et c’est surtout notre secteur défensif qui a été défaillant. En prenant 32 buts, c’est compliqué de gagner. Notre défense a été inconséquente ». « On a pu voir en tout cas aujourd’hui que le championnat de France était totalement différent de la Ligue des Champions, concluait Ana Gros. Il nous reste encore beaucoup de travail mais ça viendra avec le temps ».

Du temps, il n’y en aura pas beaucoup avant le prochain rendez-vous de taille, la réception de Besançon mercredi à l’Arena (20h30). Trois jours plus tard, c’est Rostov, le champion de Russie qui se pointera dans le Finistère pour un match déjà à enjeu. « On doit prendre des points chez nous, martelait pour finir Laurent Bezeau. Et en plus des matches à la maison, si on arrive à gagner à Sävehof, ça nous suffira pour aller au Main Round qui est notre objectif prioritaire ». Les réponses aux questions vont donc vite arriver.

COPENHAGUE – BREST : 32-28 (16-18)
COPENHAGUE : Bundsen (g.), Sando (g.), Milling (g.), Fons (2), T. Mork (4), Blohm (2), Meyer, Nüsser, Kragballe (3), Alm (7), Lykkegaard (1), Bont (4), De la Cour (4), Dulfer (3), Blomstrand (2), Hansen. Entraîneur : C. Mogensen.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Mauny, Tissier, Gros (9), Pineau (3), Copy (1), Gulldén (1), Jarrige, Prouvensier, Pop-Lazic (9), Stoiljkovic, Foppa, Le Calvé, Coatanéa (5), Limal. Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Dan Eugen Photography)