BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

07.02.18 | Les Brestoises à leur main

Déjà performant dans ce secteur dimanche à Craiova le week-end dernier, le Brest Bretagne Handball a fait la différence en défense face à un Besançon manquant d’inspiration et de rigueur. Embêtées au score durant le premier acte, les Brestoises ont ensuite totalement mis la main sur le match et écarté à leur guise la formation de Raphaëlle Tervel (25-18). Après le coup sur la tête reçu en Roumanie, ce succès est la préparation idéale au match décisif de Coupe EHF dimanche face à Krasnodar. Ceux qui avaient déjà la tête à la coupe d’Europe dimanche se trompaient lourdement.

La rencontre face à Kuban aura beau décider de l’avenir du BBH sur le continent, le pain quotidien qu’est le championnat devait être dans tous les esprits cette semaine car la réception de Besançon, spécialiste de l’enquiquinement des gros bras de LFH, était tout sauf un cadeau. Face à la pression niçoise pour la deuxième place, le rendez-vous de mercredi présentait donc un intérêt certain. « Je retiens la victoire contre un adversaire toujours très difficile à jouer et juste après la frustration de Craiova, lançait en introduction Laurent Bezeau. Je pense que ça aurait été délicat d’aborder Kuban en perdant ce soir ».

La défaite, les filles n’ont pas trop eu l’occasion d’y penser dans une partie où elles n’auront pour ainsi dire jamais été en danger. « Ça a été un non-match total du début à la fin, riait jaune Raphaëlle Tervel. La première mi-temps était catastrophique, la deuxième encore plus. On ne peut pas taper une équipe comme Brest en perdant ballons sur ballons. Notre seule chance était de jouer propre. C’était juste un calvaire ce match, l’un des pires de notre saison. Il n’y avait rien ». Sévère l’analyse de la tacticienne bisontine ? Avec d’autres mots et davantage de mesure, Laurent Bezeau confirmait en filigrane les propos de sa consœur. « J’ai l’impression qu’on a maîtrisé la partie tactiquement, étayait-il. On s’est précipités en première période mais on a ensuite su diriger les débats. Besançon ne nous a pas posé de problèmes ce soir et ce que j’ai dit aux filles à la mi-temps, c’est qu’on leur avait donné les ballons pour qu’elles reviennent. Mais cette équipe reste toujours difficile à jouer… »

C’est d’ailleurs ce qu’a pu éventuellement se dire l’Arena en voyant les troupes de l’Est rester au contact des Brestoises après pourtant un premier écart vite réalisé (6-2, 11e ; 10-10, 26e). Mais les limites bisontines étaient là et le second acte fut parfaitement maîtrisé par les troupes des présidents Le Saint. Impériales en défense, les filles n’ont encaissé que 7 buts grâce à un véritable mur dressé devant une Filippa Idéhn aussi à l’aise que Cléo Darleux avant le repos. Et quand Allison Pineau monte le son comme ce fut le cas durant les trente dernières minutes, les choses deviennent tout de suite plus faciles (20-14, 46e ; 23-16, 55e). « On est en difficulté quand on ne se sent pas en danger ou quand l’adversaire met trop d’agressivité, poursuivait Laurent Bezeau. On joue tous les trois jours depuis le 30 décembre sans vraiment avoir fait de préparation alors c’est compliqué de se remettre à fond physiquement et mentalement. Cela dit, je n’ai pas l’impression qu’on a beaucoup souffert ce soir ». On ne va pas s’en plaindre et les Brestoises y étaient certainement pour beaucoup.

BREST – BESANÇON : 25-18 (12-11)
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Coatanéa (2), Copy, Herbrecht, Limal, Mangué (3), N’Gouan (1), Pineau (7), Pop-Lazic (4), Prouvensier (3), Sand (1), Stoiljkovic (1), Tissier (3). Entr. : L. Bezeau.
BESANÇON : Gabriel (g.), Franck (g.), Bouquet (5), Dazet, Dupuis (2), Feuvrier, A. Frécon (1), Kolczynski (3), Kouyaté (2), Lévêque (2), Manaut,Nunez (2), Robert (1), Touré. Entr. : R. Tervel.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)