BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

06.01.19 | Elles avaient la réponse

Au cœur d’une période compliquée, balisée de coups durs, comme la lourde défaite contre Metz, ou très durs comme l’annonce de la maladie touchant Amandine Tissier, le Brest Bretagne Handball avait tout de même une rencontre à disputer ce dimanche face à Bourg-de-Péage. Une belle réaction collective était attendue et elle a bien eu lieu. Les Rebelles n’ont pour ainsi dire laissé aucune chance aux Drômoises d’espérer réussir une performance à l’Arena (34-21). Oui, le BBH a relevé la tête !

Des semaines, il y en a cinquante-deux par an et tout le monde croise les doigts pour qu’une aussi difficile que celle qui vient de s’écouler ne se reproduise pas avant un bon moment. Alors que le groupe avait à peine digéré la grosse claque infligée par Metz, l’officialisation de la sclérose en plaques d’Amandine Tissier est venue remettre une couche aux difficultés brestoises. Mais après la tempête vient toujours le beau temps et en ayant vu la demi-centre du BBH donner avec beaucoup de dignité le coup d’envoi du match contre Bourg-de-Péage, il est tout simplement impossible de baisser les bras.

« Quand le groupe a appris pour Amandine, ce n’était pas simple, rembobinait Laurent Bezeau. Alors dans ces cas-là, tu te remets au travail en t’appuyant sur les valeurs humaines des joueuses et tu tentes de trouver un équilibre. Il y a ensuite eu la défaite contre Metz et là je tiens à souligner la sérénité et l’intelligence dont ont fait preuve nos présidents. Ils ont su rester calmes et trouver les mots justes pour les filles ».
Dans ce discours, on pouvait certainement trouver la nécessité de rebondir ensemble et le plus vite possible. La victoire sans contestation contre Bourg-de-Péage a eu le mérite de montrer que le message avait été bien entendu.

Dans ce contexte troublé, les Rebelles ont pris les choses en main et ne sont pas tombées dans le piège que pouvait représenter la réception de l’avant-dernier de LFH. « Sportivement, je ne craignais pas forcément cette partie même si j’ai tendance à respecter tous les adversaires, poursuivait Laurent Bezeau. L’appréhension se situait davantage autour des attentes de tout le monde nous concernant. Mais j’avais confiance en mon équipe, il y a des filles bien dans ce groupe et elles ont globalement répondu aux attentes ».

Après un round d’observation sur un rythme peu élevé, c’est au cœur du premier acte que le BBH a pu décoller BDP. Sous l’impulsion du duo Allison Pineau – Constance Mauny, efficace, c’est avec un 6-0 que le premier écart concret se faisait (6-6, 13e ; 12-6, 20e). La formation de Camille Comte passait même dix minutes sans trouver les filets. « On a perdu énormément de ballons, on a aussi fait beaucoup de tirs hors cadre, pestait l’entraîneur drômois. La lucidité n’était pas de notre côté. La défense de Brest était très bonne, bien en place, mais ça manquait aussi de danger offensif chez nous ». Avec une Turpin absente et une Champion très diminuée, les solutions n’étaient en effet pas légion pour les visiteuses. « En terme d’écart au score, je peux accepter que ça se produise face à une très grande équipe comme le BBH mais ce qui est embêtant et qui m’a déçu, c’est la qualité du jeu qu’on a proposé, ajoutait-il. Ce n’était pas très accompli ».

Arrivé au repos à 17-12 sur un superbe but de 40 mètres de Cléo Darleux, le Brest Bretagne Handball pouvait voir venir et allait d’ailleurs reprendre avec les mêmes intentions défensives au retour des vestiaires. Et qui dit bonne défense dit jeu rapide sur lequel Pauline Coatanéa et Sladjana Pop-Lazic, toutes deux prolongées de trois ans au club, se régalaient. La deuxième accélération, un 10-2 en une quinzaine de minutes, faisait littéralement gonfler l’écart (32-18, 56e). « On s’est appuyés sur notre défense et du jeu rapide, débriefait Laurent Bezeau. Ça fait partie des fondamentaux des sports collectifs et Metz nous avait laminés comme ça sur le match précédent. En attaque, avec les absences, on essaye d’autres solutions avec Allison, Joka et Marta. On veut trouver des équilibres parce que la saison va être longue ».

En tout cas, le BBH aura eu le mérite de vite réagir et de retrouver le droit chemin. Camille Comte était le premier à le reconnaître : « Brest s’est vraiment bien remis, c’est net et il n’y a pas de psychose. On a senti leurs joueuses très concernées et l’hypothèse d’un accident pourrait donc se confirmer. On savait qu’il y aurait eu une réaction et qu’on aurait pu avoir une opportunité si on avait remis cette équipe dans le doute mais là, on en était loin ».
Cette bouffée d’oxygène va permettre aux Rebelles de travailler sereinement cette semaine pour préparer le déplacement à Dijon samedi. Histoire de se rapprocher à nouveau du haut de la vague.

BREST – BOURG-DE-PÉAGE : 34-21 (17-12)
BREST : Darleux (g., 1), Quiniou (g.), Coatanéa (5), Foppa (2), Gros (4), Jarrige, Lagattu (3), Manach-Le Calvé, Mangué (3), Mauny (4), Pineau (3), Pop-Lazic (6), Prouvensier (1), Stoiljkovic (2). Entraîneur : L. Bezeau.
BOURG-DE-PÉAGE : Falcon (g.), Carretero (g.), Barthelemy (2), Boudard (2), Champion (3), Frécon (2), Hansen (2), Janjic (2), Lacroix (2), Lombardo (1), Maurin (1), Praly (2), Sow (1), Zivkovic (1). Entraîneur : C. Comte.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)