><

BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

05.09.18 | Une affaire rondement menée

Le Brest Bretagne Handball était attendu pour ce premier rendez-vous complexe de la saison en terre parisienne. Face à une formation ayant remporté ses deux premières rencontres, le BBH allait passer au révélateur. Grâce à un début de partie tonitruant, les filles sont parties sur les meilleures bases et ont ensuite su gérer cet écart toute la partie en participant toutes à la fête (25-36). Outre cette troisième victoire en autant de matches, c’est aussi la confirmation que ce Brest-là dispose d’une force offensive de tout premier plan.

Le BBH version 2018/2019 avait offert de belles promesses lors deux premières journées de championnat, écartant plutôt tranquillement Bourg-de-Péage (+13) et Dijon (+19). Mais forcément, une confirmation était attendue de la part des Rebelles et la rencontre face à Paris 92 tombait à ce titre à point. En face, les arguments ne manquaient pas pour rendre le BBH méfiant à l’heure d’aborder cette troisième partie en une semaine. « On s’était dit à l’entrainement que c’était le premier vrai test, sans négliger nos deux premiers adversaires, confirmait Laurent Bezeau. On était face à une équipe qui avait bien joué au handball et gagné ses deux premiers matches. Alors on avait bien préparé cette échéance parce qu’on savait que ce serait difficile ».

Bien préparé, c’’est le moins que l’on puisse dire. Les Brestoises allaient ainsi croquer à pleines dents dans ce rendez-vous qu’elles semblaient vouloir marquer de leur empreinte. Cléo Darleux déjà bouillante dans sa zone, les filles déroulaient leur handball et prenaient à la gorge des Parisiennes dépassées. À 8-0 (8e), il était déjà temps pour Arnaud Gandais de prendre son premier temps mort. Mais le mal était semble-t-il déjà fait. « On a vraiment très bien commencé, pouvait lancer avec le sourire Ana Gros. C’était très important de le faire, d’enchaîner ensuite puis de rester concentrées durant 60 minutes. On s’était dit avant le match qu’il fallait courir le plus possible parce qu’on savait qu’elles n’avaient pas beaucoup de rotations, contrairement à nous. On a su garder ce rythme tout le match et toutes celles qui sont entrées en jeu ont donné le maximum ».

Si Bella Gulldén, Constance Mauny et Allison Pineau se régalaient dans un premier temps, Laurent Bezeau décidait ensuite de faire tourner, avec la même réussite (10-20, 28e). Et comme Ana Gros commençait à se chauffer le bras, la pause était sereinement atteinte sur le score de 21-12 pour les Brestoises. En seconde période, l’équation était plutôt simple : ne pas laisser les Parisiennes espérer. Et avec un écart qui ne descendit jamais en dessous des huit unités, il n’y eut pas de frayeur dans les rangs du BBH, les seuls « soucis » à gérer étant de limiter l’impact de l’imposante pivot Pintea et de la remuante Frey. Ana Gros et Amandine Tissier se chargeaient d’alimenter la marque pour faire monter le fossé jusqu’à 13 buts (16-29, 42e). Tout le monde pouvait ainsi participer à la fête. « On a fait tourner mais c’est une règle que j’essaye de m’imposer parce que si on veut obtenir des résultats, on doit être capables de faire ça, rappelait le technicien brestois. Je crois que le plus difficile finalement pour les filles, c’est ce ne pas être à la maison, certaines n’ont pas beaucoup vu Brest depuis le mois de juin ».

Quoi qu’il en soit, les étoiles sont bien alignées pour ce BBH qui veut cette saison s’installer au sommet de la hiérarchie nationale. Et ce ne sont pas les recrues, déjà bien installées dans le collectif, qui diront le contraire. « J’essaye de faire le mieux possible même si on peut toujours progresser, concluait ainsi Ana Gros. Tout le monde sait que mon rôle est d’abord de tirer de loin. Pour l’instant, ça se passe plutôt bien. Et c’est pareil en défense, je tente d’en faire encore plus dans ce secteur pour aider l’équipe ». Dans une semaine, il y aura en tout cas encore besoin de tout le monde au meilleur niveau pour la réception de l’ambitieux Nantes. Et Laurent Bezeau prévient déjà : « Ce sera un tout autre match face à une très belle équipe, d’excellentes joueuses et un coach expérimenté. Ce sera le derby de l’ouest et il y aura vraiment tout pour faire un beau spectacle ». Le message est clair : vous êtes tous attendus à l’Arena !

PARIS 92 – BREST : 25-36 (12-21)
PARIS 92 : Satrapova (g.), Alric (g.), Bulleux (2), Deba, Fofana, Frey (6), Horacek (5), Lassource, Mala, Mazens (1), Moore (2), Pintea (8), Sercien-Ugolin (1). Entraîneur : A. Gandais.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Coatanéa (2), Copy, Gros (8), Gulldén (2), Limal (2), Manach-Le Calvé, Mangué (2), Mauny (6), Pineau (4), Pop-Lazic (3), Stoiljkovic (2), Tissier (5). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Bertrand Delhomme)