BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

05.05.19 | Une finale, mais la petite

Le Brest Bretagne Handball ne disputera pas une troisième finale d’affilée après être tombé logiquement à domicile face à Nice (23-27). Les Rebelles, qui s’étaient pourtant imposées au match aller (26-27), n’ont jamais vraiment trouvé la solution face au collectif azuréen. Cette élimination est évidemment une déception pour les Brestoises mais la longue saison tumultueuse aura peut-être eu raison des rêves de finale. Elles vont maintenant disputer face à Nantes la troisième place avant de se concentrer pleinement sur la Coupe de France qu’elles tenteront de conserver face à Metz.

Débarqué en LFH en 2016, le Brest Bretagne Handball avait jusqu’ici disputé la finale du championnat lors de ses deux premières saisons. Ce ne sera pas le cas cette fois mais à l’issue des débats, Laurent Bezeau ne voulait pas non plus tomber dans le catastrophisme : « Ce n’est pas une désillusion parce que ça voudrait dire que notre adversaire était faible. Ce n’était pas le cas. En revanche, c’est une déception profonde car on avait gagné le premier match à l’extérieur. Mais il n’y a pas de colère parce qu’on a affronté un adversaire qui joue bien au handball ».

Bêtes noires officielles du BBH depuis trois ans, les Aiglonnes semblaient avoir été domptées à l’issue du match aller même si le technicien brestois regrettait – sans doute à juste titre du coup – que l’écart n’ait pas été plus important. Après une semaine de travail, l’OGC Nice a en tout cas trouvé des solutions. « Avant la première rencontre, on n’avait eu qu’un seul entraînement, détaillait Marjan Kolev, le coach niçois. On n’avait perdu que d’un but et je trouve qu’on a su gommer beaucoup de choses pour le match retour. La semaine de travail nous a fait du bien. On a su prendre moins de buts sur jeu rapide, on a évité d’en encaisser d’autres trop faciles. Et j’avais dit aux filles que la discipline et le mental seraient très importants. On avait conscience que les Brestoises avaient eu une saison difficile et il fallait les mettre dans une situation de doute ».

On ne sait pas vraiment si le doute a longtemps habité les esprits finistériens ce dimanche à la Brest Arena mais la sérénité n’a jamais vraiment eu le temps non plus de se faire une vraie place. Lors des deux périodes, c’est à chaque fois dans les dix dernières minutes que les Niçoises ont fait le plus mal aux Rebelles, repoussant dans un premier temps le BBH à 3 longueurs à la pause (11-14, 30e) puis ruinant les derniers espoirs locaux dans le money time (23-27, 60e). « C’était pareil à l’aller, poursuivait Marjan Kolev. On était menés de 3 buts à quelques minutes de la fin et on était revenus. Là, on n’a jamais paniqué, comme durant toute la saison. On sait qu’on a des qualités. Les filles ont respecté les principes. On construit depuis 3 ans, on se connaît et c’est un vrai travail d’équipe ».

Alors qu’il avait réussi à un quart d’heure du buzzer à reprendre les rênes grâce notamment à une efficace Agathe Quiniou dans les buts et une Maud-Eva Copy chirurgicale de l’autre côté du terrain (19-18, 44e), le Brest Bretagne Handball a ensuite baissé pavillon. À l’entrée de la dernière ligne droite, il y avait encore de la lumière. Quelques instants plus tard et deux missiles de Torstensson, c’était le noir complet (22-25, 57e). « C’était un moment où on avait mis beaucoup d’énergie pour revenir et où Nice a sorti son expérience. Torstensson, Martin ou Abdelmalek étaient là et Sako a également fait des arrêts qu’elle n’avait pas fait à l’aller », avouait Laurent Bezeau.

Mais si la portière niçoise a souvent été pénible pour les tireuses brestoises, c’est aussi le rythme imprimé par l’OGCN qui a considérablement gêné des Brestoises jamais aussi à l’aise que sur jeu rapide. « On n’a pas réussi à développer cela, confirmait Laurent Bezeau. Elles ont cassé le rythme, leur attaque placée nous a mis en difficulté et on n’a pas su trouver le bon tempo défensif. Globalement, Nice a bien négocié cette rencontre ». Et également mérité cette place en finale face à Metz.

Pour le Brest Bretagne Handball, cette troisième ou quatrième place à l’issue de la saison le privera d’une possibilité d’accéder à la Ligue des Champions. « C’est déjà arrivé à des grands clubs mais nous, on n’est pas encore un grand club, concluait Laurent Bezeau. Pour cela, il faut gagner des titres. Au regard de la saison et de tous les remous, c’est déjà bien d’arriver là mais ce n’est pas suffisant par rapport à ce qu’on veut construire. Il faut faire preuve d’humilité et de lucidité. On va prendre un peu de hauteur et bosser. Je crois beaucoup au travail et au temps ».


BREST – NICE : 23-27 (11-14) (aller : 27-26)
BREST : Pandzic (g.), Quiniou (g.), Mauny, Toublanc, Tissier (3), Gros (4), Copy (4), Prouvensier, Pop-Lazic (4), Stoiljkovic (4), Foppa (2), Bak, Limal, Mangué (2). Entraîneur : L. Bezeau.
NICE : Colic (g.), Sako (g.), Prudhomme, Sy (2), Agathe (2), Tandjan (4), Torstensson (4), Blonbou (4), David, Martin (2), Lachaud (1), Fall (1), Skolkova (1), Abdelmalek (6). Entraîneur : M. Kolev. 


(crédit photos : O.Stephan/BBH)