BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

05.05.18 | La Coupe en transe !

Une ligne de plus au palmarès, de grands sourires et la satisfaction d’avoir concrétisé beaucoup de travail. Le Brest Bretagne Handball a remporté sa deuxième Coupe de France ce samedi dans la super AccorHotels Arena. Comme il y a deux ans, c’est face à Toulon Saint-Cyr que les brestoises ont triomphé, comme il y a deux ans, neuf buts sont venus séparer les deux formations au coup de sifflet final et comme il y a deux ans, le peuple brestois a rendu une ambiance dingue. Mais les similitudes s’arrêtent là car cette fois, le BBH, favori de la finale, a pris son temps et attendu le dernier quart d’heure pour s’envoler. Vers le titre et donc une nouvelle aventure européenne.

Il y a des choses dont on ne se lasse pas. Voir des cars entiers de Brestois et de Bretons déferler un samedi ensoleillé sur les quais de Seine, ça n’a pas de prix. Quand le BBH se déplace à la capitale, il ne sait jamais s’il remportera le match sur le terrain, mais dans les tribunes, il a des années-lumière d’avance sur tous les clubs français. Plus de 1 500 (gentils) fanatiques avaient coché ce jour du 5 mai dans leur calendrier depuis la qualification épique contre Metz en demi-finale. Ils ont tenu parole. Et si les supporters ne marquent pas de buts, on peut quand même avouer qu’ils y contribuent. Dans ce mur blanc, il y avait toutes les générations, des habitués, des novices, des jeunes, des plus anciens et même une future joueuse qui avait fait le déplacement de Lorraine…

Tous ont vu cette formation du Brest Bretagne Handball entrer timidement dans la partie, peut-être un peu inhibée par ce nouveau statut de favori (1-4, 9e). Mais en en deux coups de cuiller à pot, la partie allait basculer dans un sévère mano a mano (5-5, 15e ; 8-8, 18e ; 10-10, 22e). Au cœur de cette lutte féroce, les deux actrices majeures portaient un pantalon. Cléo Darleux d’un côté, Léa Serdarevic de l’autre, faisaient leur taf et brillaient de mille feux. À la pause, les Bretonnes avaient une courte tête d’avance (12-11, 30e) et tout semblait encore bien fragile.

« Ça n’a pas été facile mais on ne s’attendait pas non plus à ce que ça le soit, rigolait Allison Pineau en zone mixte. On savait qu’on était favorites et que ça pourrait être compliqué si on mettait du temps à entrer dans le match. Il a fallu savoir accepter ça ». L’entame de deuxième n’était pas là non plus pour rassurer les cœurs brestois. Encore un peu empruntées et incapables de faire une belle différence, les Rebelles voyaient les Varoises repasser devant (14-15, 39e). Pour la dernière fois avant le déluge. « À un moment, Toulon a peut-être touché certaines limites, physiquement on a su faire la différence, débriefait Laurent Bezeau. L’entraîneur en face est un grand malin alors il ne fallait pas non plus que je sorte toutes mes cartouches trop tôt. On n’arrivait pas à concrétiser un rapport de force qui nous semblait favorable. Alors on a désaligné Pop-Lazic pour essayer de piquer des ballons et perturber la circulation de balle ».

Le résultat fut cinglant… Les Brestoises, survoltées et enfin libérées, infligeaient un terrible 10-2 en 10 minutes à Toulon. De 15-15, le score passait à 25-17 et l’affaire était pliée ! Amandine Tissier, Sladjana Pop-Lazic, Maud-Eva Copy, tout le monde se régalait et pouvait ainsi partager avec un mur blanc en transe totale.
« Ça représente de la légitimité pour notre projet qui se construit dans le temps, lâchait Laurent Bezeau, une fois le calme un peu revenu. On essaye de ne pas griller les étapes mais il faut réussir à engranger des choses positives. Cette coupe représente beaucoup de travail, de discussions, de bons et de mauvais moments. C’est une grande joie ! » Mais le sport de haut niveau est cruel et après avoir savouré ce succès, dans quelques jours déjà il faudra se remettre au travail pour tenter de renverser la tendance en demi-finale du championnat face à Besançon. Allez, chaque chose en son temps !


BREST – TOULON SAINT-CYR : 30-21 (12-11)
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Burlet (1), Coatanéa, Copy (4), Manach-Le Calvé, Mangué (1), N’Gouan (1), Pineau (5), Pop-Lazic (6), Prouvensier (4), Sand (1), Stoiljkovic, Tissier (7). Entraîneur : L. Bezeau.
TOULON SAINT-CYR : Bettacchini (g.), Serdarevic (g.), Abdourahim (1), Catani, Cvijic, David, Kramer (3), E. Puleri (1), L. Puleri (4), Rittore, Tandjan (4), Vetkova (2), Zazai (6), Urtnowska (). Entraîneur : S. Rac.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)