BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

04.11.18 | L'aventure continue !

Le Brest Bretagne Handball a connu cet après-midi deux moments historiques : la première victoire en Ligue des Champions à domicile et une qualification inédite pour le Main Round (tour principal) de cette compétition. Dans une Arena en fusion et à guichets fermés, même si par moments elles ont éprouvé quelques difficultés face à de valeureuses Suédoises, les filles ont globalement maîtrisé la rencontre et n’ont jamais permis à Sävehof de repasser devant (score final, 34-26). Dès samedi, elles disputeront encore une partie capitale pour leur avenir face à Copenhague contre qui elles essayeront d’engranger des points supplémentaires pour le Main Round.

« Cette victoire était importante, on rentre dans l’histoire du club et je suis contente de faire partie de cela ». En conférence de presse après la rencontre, Ana Gros a résumé en quelques mots ce qui venait de se passer devant les 4 000 spectateurs de la Brest Arena. Pour sa deuxième participation à la plus relevée des compétitions, le BBH a validé face à Sävehof une qualification pour le Main Round, la suite du combat entre les 12 plus fortes équipes continentales. « Aujourd’hui, c’est notre premier succès à la maison après être passés tout près contre Rostov, se félicitait Laurent Bezeau. L’un des premiers objectifs du club cette saison était de se qualifier pour le tour principal. Il est atteint. Mais je connais mes joueuses, elles ne vont pas se satisfaire de ça. On va donc essayer d’y aller avec le plus de points possibles ».

Pour cela, il faudra grappiller quelque chose soit contre Copenhague samedi à l’Arena, soit la semaine suivante à Rostov. Pourquoi pas lors de ces deux rencontres d’ailleurs ? La gourmandise est un vilain défaut mais pas forcément dans le sport de haut niveau alors à n’en pas douter, les Rebelles iront prendre tout ce qu’elles pourront pour repartir à la guerre fin janvier avec le maximum de munitions dans leurs besaces.
La priorité ce dimanche était donc déjà de valider le ticket pour la suite des festivités et les données étaient claires : une victoire sinon rien. Le public l’avait compris et s’était déplacé en masse à l’Arena pour un « guichets fermés », une situation inédite en Ligue des Champions (tiens, tiens…encore une première). « Avant, cette salle était un poids pour les joueuses, certaines avaient du mal à assumer et les adversaires venaient libérées, rappelait Laurent Bezeau. Aujourd’hui, l’Arena devient un atout. On a un public extraordinaire et même quand les filles jouent mal, les gens continuent à les supporter ».

Il n’y a pas eu beaucoup de temps morts niveau décibels ce dimanche et l’excellent départ pris par les filles y est sûrement aussi pour quelque chose. Derrière une Marta Mangué déchaînée, les Brestoises avaient ainsi pris le problème par le bon bout (11-4, 14e). Mais comme ce fut le cas à Chambray quelques jours plus tôt, les dernières minutes avant la pause étaient plus compliquées. « On a essayé d’être plus agressifs pour gêner leur attaque et on a réussi à faire quelques trucs intéressants, soulignait Rasmus Overby, le coach danois de Sävehof. Mais Brest est une équipe avec d’excellentes joueuses et c’est très compliqué de faire de la tactique ».


Si ses ouailles étaient tout de même maintenues à distance raisonnable à la pause (19-14, 30e), l’avertissement était là pour les Brestoises qui devaient se ressaisir. « Je trouve qu’on a très bien commencé le match mais après 15 ou 20 minutes, l’écart s’est réduit, débriefait Ana Gros. Les Suédoises sont revenues, on a perdu trop de ballons et on n’était pas aussi agressives qu’au début. Le problème, c’est que ça se passe presque à chaque match comme ça. On doit absolument rester concentrées 60 minutes. On a trop de hauts et de bas et on va devoir travailler sur ça ».

La deuxième période ne permettait pas dans l’immédiat au BBH de s’envoler mais les Scandinaves ne parvenaient pas à revenir à moins de quatre unités (24-20, 42e ; 25-21, 43e). Il allait falloir attendre une poussée de fièvre de Pauline Coatanéa, déjà bien en jambes durant les trente premières minutes, pour que les Rebelles décollent définitivement (31-23, 53e). De quoi savourer pleinement cet événement dans les ultimes instants. C’était alors officiel : le Brest Bretagne Handball avait son billet pour le Main Round.
Mais comme le rappelait Laurent Bezeau à l’issue des débats, il n’y avait pas beaucoup de temps pour savourer. « On a trois matches à faire en six jours, ce qui est invraisemblable, concluait-il. C’est dur de récupérer et de travailler entre les rencontres ». Ça ne rajoute que du mérite au groupe pour sa qualification.

BREST – SÄVEHOF : 34-26 (19-14)
BREST : Idéhn (g.), QUiniou (g.), Mauny (5), Tissier (1), Gros (5), Pineau (2), Lagattu, Jarrige, Prouvensier, Pop-Lazic (5), Stoiljkovic (3), Foppa, Manach-Le Calvé (1), Coatanéa (8), Limal, Mangué (4). Entraîneur : L. Bezeau.
SÄVEHOF : Mouratidou (g.), Kroon Andersson (g.), Ekenman-Fernis (6), Kronell (1), Forsberg (1), Örtorp (2), Lundbäck (5), Hallagard (4), Petterson (4), Dano, Mellegard, Ahlm (3), Olsson. Entraîneur : R. Overby.


(crédit photos : G. Le Roux/BBH)