BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

04.10.17 | Prêtes pour l'Everest

À la veille de prendre la direction de la Russie pour y affronter Rostov en ouverture de Ligue des Champions ce week-end, les Brestoises se sont mises dans le bon sens en disposant de Chambray grâce notamment à une belle deuxième période. C’est donc avec un statut de formation invaincue que le BBH ira défier l’une des meilleures équipes du continent samedi.

Il aura fallu une grosse poussée de fièvre au cœur de la deuxième mi-temps pour voir le Brest Bretagne Handball agripper des deux mains un succès qui ne lui tendait pas forcément les bras avant le repos mais qui va lui permettre de regonfler à bloc les batteries avant la guerre de la Ligue des Champions. « Je retiens surtout qu’on a gagné et on va aller à Rostov invaincus, lâchait en introduction du point presse Laurent Bezeau. Si on avait entamé notre folle série par une défaite, on aurait tiré une de ces têtes pendant quatre jours en Russie… »

Car c’est là toute la difficulté de l’enchaînement dantesque qui va attendre les filles jusqu’à la trêve, on ne peut plus se contenter du classique « match après match » et chaque rencontre est en quelque sorte une rampe de lancement vers la suivante. Les Brestoises auraient sûrement pu tomber dans le piège d’avoir la tête dans l’avion avant même d’en découdre avec Chambray. Il n’en fut rien. Et même si les 30 premières minutes furent accrochées, l’embellie intervenue après l’égalisation adverse à 13-13 (35e) sut mettre tout le monde d’accord. Avec une Alicia Toublanc ne laissant presqu’aucune miette au relais d’une Marie Prouvensier très inspirée, une Sladjana Pop-Lazic gavée de ballons et diablement efficace et une défense au rendez-vous, le moment de grâce dura une dizaine de minutes et permit aux filles de Laurent Bezeau d’infliger un rédhibitoire 11-2 aux Chambraisiennes ! (24-15, 46e).

Alors le mot « rédhibitoire » va rarement de paire avec Chambray à l’Arena mais cette fois, la plaie était trop importante pour être rafistolée. « Il y avait sûrement mieux à faire, reconnaissait l’entraîneur visiteur Guillaume Marquès. Ce n’était pas un très très grand Brest, même si c’est relatif, mais ce sont sur des erreurs techniques de notre part qu’on s’est mis loin en deuxième. Ensuite, on a fait beaucoup d’efforts pour revenir à -4 (25-21) mais c’était trop compliqué avec la rotation en face. Ça aurait pu être intéressant de les faire douter un peu plus longtemps. Sur 45 minutes, on se dit qu’on n’est pas à des années-lumières mais on finit à -7, c’est ça aussi la réalité des grandes équipes ».

Ne comptez pas sur Laurent Bezeau pour dire qu’il dispose d’une grande équipe, pas encore. Mais le coach brestois a pu observer beaucoup de belles choses lors de cette soirée et se faire une idée plus précise des capacités de son groupe. « Il y a forcément des choses à mettre de côté mais aussi certaines très intéressantes, détaillait le technicien. On a été capables d’être à +9, est-ce que c’est infamant à partir de là de lâcher quelques balles face à un adversaire qui ne veut pas mourir sur ça ? Je commence en tout cas à y voir plus clair sur ce que chaque joueuse peut apporter. On est encore en phase de construction, on a besoin de repères et on les aura en gagnant des matches ». En attendant d’autres succès, le programme est plutôt simple : une bonne nuit de sommeil et départ à la mi-journée jeudi pour Rostov via Moscou. Les grandes manœuvres commencent…

BREST – CHAMBRAY : 28-21 (12-10)
BREST : Darleux (g.), Idehn (g.), Copy (1), Geiger (1), Herbrecht, Limal (1), Mangué (3), N’Gouan, Pop-Lazic (4), Prouvensier (7), Sand (2), Stoiljkovic (2), Tissier (1), Toublanc (6). Entraîneur : L. Bezeau.
CHAMBRAY : Oliveira (g.), Pradel (g.), Alberto (6), Asperges (1), Boutrouille (3), Bruni, Chebbah (1), Tavares (1), Dubois (3), Mauny (1), N’Diaye, Planeta (5), Thomé. Entraîneur : G. Marquès.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)