BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

04.09.18 | Pauline Coatanéa : « Ça va être un vrai test »

Le Brest Bretagne Handball se déplace ce mercredi dans la capitale pour y affronter le Paris 92 (ancien Issy Paris). Après deux rencontres dominées dans les grandes largeurs face à Bourg-de-Péage et Dijon, les Brestoises vont cette fois connaître une toute autre adversité face à une formation elle aussi invaincue. Pour Pauline Coatanéa, pas de doute, cette rencontre sera un bon indicateur du réel niveau du groupe.

« Pauline, comment vas-tu physiquement ? Tu faisais partie des trois Brestoises ayant passé un mois avec l’équipe de France avant la reprise au BBH…
- J’ai eu une blessure à la fin du stage de l’équipe de France, mi-juillet. Ça m’a empêché de reprendre avec Brest correctement. J’ai eu trois semaines d’arrêt et ça m’a coupée dans mon élan alors que je me sentais bien physiquement. Quand j’ai repris, c’était déjà le début des matches amicaux donc j’ai essayé de retrouver rapidement du rythme. Je ne suis pas encore à 100% mais les deux matches de la semaine dernière m’ont aidée à récupérer des jambes et d’entrer dans le projet de jeu.

- Justement, qu’as-tu pensé de ces deux premières rencontres ?
- J’ai trouvé que c’était plutôt bien. Comparé à l’année dernière, on a déjà beaucoup plus de fluidité, ça c’est un bon point. On a aussi toutes envie de jouer et ça s’est ressenti notamment contre Dijon, on a été à fond pendant une heure, on n’a pas eu de trou d’air. Le collectif est plutôt bien en place sur ce lancement de saison même si c’est vrai qu’il n’y a pas eu photo face à Bourg-de-Péage et Dijon. On en saura davantage après Paris.

- Laurent a déclaré qu’il souhaitait concerner tout le monde cette année au maximum. Tu le ressens déjà ?
- Complètement. Et c’est aussi un peu nécessaire parce que là par exemple, c’est déjà notre troisième match en une semaine, c’est le rythme qu’on va aussi avoir en octobre. On sait que ça va être dense. On a conservé des joueuses de qualité et recruté d’autres très bonnes, il y a donc une certaine homogénéité et ça ne se ressent pas trop quand Laurent fait tourner. Il arrive à trouver les bonnes associations.

- Quel est l’ADN de cette équipe cette année ?
- On se projette très vite vers l’avant, ce qu’on avait commencé à faire en fin de saison dernière. L’apport de Bella (Gulldén) qui voit très vite les choses nous aide énormément dans ce domaine. Les contre-attaques sont très importantes mais le jeu de transition aussi et ça va déjà très vite alors que toutes les affinités ne sont pas encore créées.

- Ce match contre Paris, il va vous permettre davantage de vous jauger….
- C’est surtout au niveau de notre défense qu’on va voir où on en est. On a quand même perdu Astride qui était importante pour ça. Dans ce secteur, il y a eu du bon et du moins bon en préparation et comme Paris est dangereux offensivement avec notamment Pintea et Horacek, ça va être un test. Si le groupe répond présent dans ce secteur, c’est en tout cas qu’on aura bien travaillé pendant l’été ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)