BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.10.18 | Virage bien négocié

Le Brest Bretagne Handball poursuit son sans-faute en LFH et a enregistré ce mercredi soir un septième succès qui conforte sa place de co-leader avec Metz. Les Brestoises ont su bien négocier une rencontre calée entre une semaine internationale et le premier match de Ligue des Champions samedi à Copenhague. Face à une formation de Fleury diminuée mais pleine d’enthousiasme, les joueuses de Laurent Bezeau ont scellé le sort de la partie au retour des vestiaires puis sereinement géré la fin de la rencontre (25-34). Autre bonne nouvelle, l’absence de nouvelles blessures à un moment-clé de la saison.

Si certains matches se jouent dans des contextes particuliers, celui entre Fleury et Brest entrait certainement dans cette catégorie. Les Panthères du Loiret s’avançaient ainsi avec une base arrière décimée par les absences de Lacrabère, De Paula (blessées) et Elez (maternité). Face à elles, les Rebelles devaient se passer de Marta Mangué, Allison Pineau et Constance Mauny, ménagées ou laissées au repos en vue de la première échéance de Ligue des Champions ce week-end.

Pour les deux formations, la priorité était donc d’éviter toute blessure pour ne pas se compliquer la tâche dans les prochaines semaines. Ceci expliquait peut-être un peu les quelques approximations du début de la partie. Et quand les choses allaient un peu mieux en attaque, c’était les Brestoises qui oubliaient de défendre (7-10, 13e). « On a fait une entame à l’image de celle contre Saint-Amand, reconnaissait Laurent Bezeau. Il y avait peu d’engagement et de capacité d’anticipation. On n’était qu’en réaction et comme on ne mettait pas d’impact physique, on subissait un peu tout. Le repli était aussi insuffisant donc on s’est mis à mal en première période ». Malgré tout, les Brestoises rentraient aux vestiaires avec un avantage de 3 buts, grâce essentiellement à une attaque qui carburait encore pas mal derrière le trio Gulldén – Pop-Lazic – Copy (13-16, 30e).

C’est une nouvelle fois à la reprise que le coup de sang allait avoir lieu. Avec une Ana Gros déchaînée lâchant son bras, l’écart enflait et passait en 10 minutes à +9 (14-23, 40e), grâce aussi à une défense retrouvée et davantage de jeu rapide. « Au vu des matches précédents de Brest, on savait que ça accélérait fort en deuxième période, confirmait le coach fleuryssois, Christophe Cassan. On n’a pas su alors être à la hauteur dans l’impact défensif, on a pris des buts trop rapidement. Ces premières minutes, c’est là que l’écart s’est fait et derrière, on ne pouvait pas revenir. Il faut être vigilant sur les moments importants d’un match et celui-là en faisait partie ».

La suite pour le BBH consistait essentiellement en de la gestion et permettait à Laurent Bezeau d’opérer une large revue d’effectif en vue des prochaines joutes, Eva Jarrige, pensionnaire du centre de formation, effectuant même ses premières minutes avec les professionnelles. « Suite à la semaine internationale, l’idée était de refaire du jus, poursuivait le technicien du BBH. C’était un match pour retrouver du lien et du liant donc il fallait s’attendre à ça. On devait retrouver des timings et un langage communs. La déception vient davantage des joueuses qui n’étaient pas en semaine internationale et n’ont pas fait la rencontre que j’attendais d’elles ».

L’écart de +9 à la fin (25-34) semblait en revanche un peu lourd pour Christophe Cassan qui aurait apprécié que les bonnes intentions de ses joueuses soient récompensées : « Je pense que 5 ou 6 buts au final, ça aurait été honorable. On a des joueuses qui ont répondu à l’objectif, c’est-à-dire maintenir le courage pendant 60 minutes. On sait que contre Brest, c’est toujours très compliqué mais on n’a pas lâché ». Des belles vertus que le Brest Bretagne Handball devra également afficher samedi pour son entrée en lice en Ligue des Champions car Laurent Bezeau prévient : « Ça ira beaucoup plus vite, ce sera beaucoup plus fort individuellement donc il faudra se mettre mentalement en mode Ligue des Champions ». C’est dit !

FLEURY – BREST : 25-34 (13-16)
FLEURY : Placzek (g., 4 arrêts), Errin (g., 10 arrêts), Atila (1), Bégon (1), Craciun (2), Dapina (3), Diagouraga, Kamdop (1), Keïta (2), Nianh (2), Ondono (2), Rizo Gomez (2), Sand (2), Sankharé (7). Entraîneur : C. Cassan.
BREST : Darleux (g., 3 arrêts), Idéhn (g., 3 arrêts), Coatanéa (3), Copy (3), Foppa (2), Gros (9), Gulldén (3), Jarrige, Limal, Manach-Le Calvé (2), Pop-Lazic (7), Prouvensier (1), Stoiljkovic (3), Tissier (1). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Le fleuryssois)