BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.03.18 | Les Vipers ont mordu

Le Brest Bretagne Handball a subi une lourde défaite ce samedi en Norvège en quittant les filles de Kristiansand avec un écart négatif conséquent de neuf buts (26-17). Passées à côté de leur deuxième période, les Brestoises démarreront le match retour samedi prochain avec un gros handicap. Mais rien ne sert de s’attarder trop longtemps sur ce qui est fait. Toutes les forces et les énergies doivent maintenant être tournées vers une rencontre à quitte ou double. Impossible n’est pas Brestois ?

Elles s’attendaient forcément à souffrir mais peut-être pas autant que ça. Les filles du BBH ont pourtant reçu une véritable gifle lors de leur première confrontation avec Kristiansand, leader du championnat norvégien. Parti sur des mauvaises bases avec un voyage perturbé par les intempéries, ce périple en Scandinavie aura donc viré à la mauvaise blague jusqu’au bout. Malmenées en seconde période, les Brestoises ont vu leurs adversaires prendre le large et creuser un trou conséquent avant une revanche qui s’annonce donc coton.

« Il y a forcément de la tristesse, lâchait très amer Laurent Bezeau après la rencontre. On savait que ça allait être difficile de gagner ici, on avait aussi lu dans la presse que l’entraîneur norvégien voulait tout miser sur ce premier match. On avait aussi conscience qu’il y avait des joueuses de grand talent en face. Mais malgré tout ça, je ne pensais pas un instant qu’on allait prendre un -9 ». Le premier acte donnait d’ailleurs raison au technicien du BBH. Malgré un festival de Kristine Lunde, aussi venimeuse que sa sœur jumelle Katrine dans les buts, les Finistériennes tenaient plutôt bien la marée et passaient même devant au bout de vingt minutes (7-8). Bien en place, elles manquaient pourtant quelques occasions de prendre le large et voyaient même les locales regagner les vestiaires avec un avantage qui ne reflétait pas la teneur des débats (12-10, 30e).

C’est après que les affaires allaient sévèrement se corser. Comme à Craiova un mois auparavant, les Brestoises allaient se mettre à patauger en attaque sans réussir à juguler la montée en puissance norvégienne de l’autre côté du terrain. « C’est le moment-clé du match, confirmait Laurent Bezeau. On est passés de 12-10 à 16-10 donc à partir de là, ça devenait compliqué. On a complètement déjoué, on n’était pas prêts à reparti au combat et surtout sur le plan offensif, on a très mal joué ces minutes-là ». Face à des Scandinaves qui récitaient un joli handball et commençaient à trouver sérieusement leur pivot Brattset, les Brestoises allaient voir débarquer le « deuxième effet Kiss Cool ». Lourdement sanctionnées par l’arbitrage, elles allaient se retrouver en apnée, au bord de l’implosion.

« On a subi un attentat du corps arbitral, regrettait le coach brestois. On n’aurait sans doute pas gagné ce match-là mais les arbitres ont tout fait pour qu’on sombre. Ça a été incohérent et peut-être qu’on s’est trop focalisés là-dessus et on n’a pas été capables de résister ». Reléguées à huit longueurs dès la 43e et malgré une Cléo Darleux dans un très bon jour, les filles allaient bien tenter quelques rapprochés mais rien n’y faisait, il y avait trop de manques offensifs pour espérer un écart plus doux. « Les Norvégiennes voulaient absolument marquer le match de leur empreinte parce qu’elles savent que le retour à Brest sera difficile, poursuivait Laurent Bezeau. Elles ont joué tous les ballons vite, elles ont su appuyer là où il fallait ».

Reste que le verdict définitif n’est pas tombé et que le sport peut réserver de belles surprises quand on ne s’y attend pas vraiment. Dans une Arena bouillante et à fond derrière des joueuses surmotivées, il n’est pas interdit de rêver à un exploit. « Se démobiliser ne serait pas professionnel, pas respectueux pour notre public et toute la ferveur qu’il créé, concluait l’entraîneur. On va bien sûr essayer de gagner ce match retour pour, si on doit sortir de la compétition, le faire la tête haute ». Pour une folle remontada, rien ne pourra se faire sans le grand public de l’Arena. Après tout, pourquoi pas ?

KRISTIANSAND – BREST : 26-17 (12-10)
KRISTIANSAND : Ka. Lunde (g.), Fagerheim (g.), Olsen, Arntzen (1), Refsnes, Aune (4), Brattset (5), Noersteboe, Kristensen, Jonassen (2), Kr. Lunde (8), Skaug (1), Sulland (5),Jensen. Entraîneur : K. Gabrielsen.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Tissier, Pineau (5), Copy, N’Gouan (2), Herbrecht, Prouvensier, Sand, Pop-Lazic (2), Stoiljkovic (1), Manach-Le Calvé, Coatanéa, Burlet (1), Limal (2), Mangué (4). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Terje Refsnes)