BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.03.17 | Rostov vu par Laurent Bezeau

À 24 heures d’aborder une rencontre inédite pour le club, un quart de finale de Coupe EHF, Laurent Bezeau a pris quelques minutes pour parler de l’énorme adversaire qui débarquera à l’Arena, Rostov (18h30). Premier du championnat russe avec un bilan parfait de 17 victoires – 0 défaite, le club entraîné par l’ex-coach de Fleury, Frédéric Bougeant, fait figure de grand favori de la compétition. Décryptage de Rostov par Laurent Bezeau.

LE GOÛT DE L’INÉDIT
« C’est particulier d’aborder ce match parce qu’on ne joue pas un quart de finale de Coupe d’Europe tous les jours. C’est d’ailleurs la première fois que le BBH dispute une telle compétition et que le handball féminin breton connaît un tel niveau de jeu. Le tirage au sort ne nous a pas gâtés puisqu’on a tiré le favori de la compétition ».

ROSTOV N’EST PAS À SA PLACE
« Rostov était calibré pour pouvoir bien figurer en Ligue des Champions et n’a pas eu de chance en tombant dans la poule de la mort avec trois équipes qui pouvaient prétendre au titre (Gyor, Bucarest, Midtylland). Il y a aussi eu des soucis avec l’ancien entraîneur. Cette équipe a été composée pour gagner quelque chose et quand on voit les joueuses qui la composent, ça peut faire peur ».

DU BEAU MONDE À TOUS LES POSTES
« Si on regarde l’effectif de Rostov, on peut y trouver à chaque poste des filles figurant parmi les meilleures du monde. Il y a notamment Vyakhireva, Barbosa, Bobrovnikova, Sen, Rodrigues, Lunde, les pivots de l’équipe russe, Dembélé, Managarova…etc… Tous les postes sont doublés avec des pointures internationales. C’est impressionnant, tu te dis vraiment que tu as face à toi du très lourd ».

PRENDRE CE QU’IL Y A À PRENDRE
« On veut aborder cette rencontre avec la volonté d’offrir à notre public le meilleur spectacle possible mais par contre je ne me fais pas d’illusions sur le deuxième match à l’extérieur. On se concentre sur nous et on va prendre match après match ».

UN HANDBALL VARIÉ
« Il y a dans cette équipe des particularités individuelles parce qu’il n’y a pas que des joueuses russes. Ce qu’on retrouve en revanche, c’est une défense typique de ce pays et très perturbatrice pour l’adversaire. Dès que tu perds la balle, tu es châtié parce que ça va très très vite vers l’avant. Leur jeu d’attaque placée est beaucoup plus créatif que le jeu russe. Il est inventif. Ça va dans l’évolution du jeu moderne et c’est un mix entre le handball russe et le handball occidental. Contre un handball 100% russe, il y aurait peut-être des solutions mais là… »

UN BON MOYEN D’APPRENDRE
« Le gros intérêt de ce quart de finale sera surtout que ça va nous permettre de nous étalonner, de nous référencer face à un club qui fait partie des six ou huit meilleurs en Europe. C’est important pour l’évolution de notre club et primordial dans les progrès qu’on veut faire par rapport à notre manque de culture. Ça va nous donner des renseignements par rapport au niveau de jeu, des structures, des déplacements. Ça va être un réel apprentissage ».


LE GROUPE BRESTOIS
Cléopatre DARLEUX, Anaïs ADELIN, Maud-Eva COPY, Alice DURAND, Stéphanie NTSAMA AKOA, Marion LIMAL, Allison PINEAU, Amandine TISSIER, Melinda GEIGER, Nabila TIZI SADKI, Marta MANGUÉ, Marie PROUVENSIER, Alicia TOUBLANC, Marine DESGROLARD, Astride N'GOUAN, Gaëlle LE HIR.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)