BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.02.18 | Un détail, juste un détail

Le BBH craignait ce déplacement en Roumanie et notamment l’ambiance autour de la rencontre. Il n’a pas été déçu à ce niveau-là. Malgré une grosse prestation défensive, il a péché en attaque et revient de ce long périple avec une courte défaite d’un but (16-15). Cruel à la vue du scénario mais pas si dramatique que ça pour accéder aux quarts de finale.

Si l’enfer avait un nom, il choisirait certainement celui de l’enceinte de Craiova. Les Brestoises n’avaient pas encore connu ce genre d’ambiance dans leur courte histoire européenne. En maîtrisant leur match pendant 50 minutes, elles n’ont permis aux 4 500 supporters chauffés à blanc par un speaker en transe de ne s’enflammer qu’après la pause et dans la dernière ligne droite mais cela a suffi pour pousser les Roumaines vers une courte victoire qui les remet en position favorable en vue des quarts de finale. En s’inclinant à Craiova, le BBH ne s’est pas non plus mis dans une position inextricable et connaît la marche à suivre pour passer la poule : ne pas perdre contre Kuban dimanche prochain. Ce destin en main lui permet même de savoir qu’en cas de succès sur les Russes, c’est obligatoirement la première place qu’il récupérerait.

Dès la fin du match, c’est à la « vigilance » qu’appelait pourtant Laurent Bezeau pour ce dernier opus contre Kuban. Cette vigilance qui a peut-être fui les Brestoises ce samedi en Roumanie au retour des vestiaires. Idéalement lancées dans la partie après une grosse prestation défensive durant le premier acte, elles ont vu les locales revenir comme des avions en quelques minutes. « C’est très frustrant, reconnaissait Allison Pineau. On a quatre buts d’avance à la mi-temps (5-9) et en quelques minutes, elles étaient déjà revenues. Malgré tout, on a réussi à refaire un écart (11-15, 49e) mais une succession d’erreurs a fait tourner le match dans le money time ».

Si le 4-0 infligé par Craiova au retour des vestiaires (9-9, 35e) avait allumé le feu dans la salle, le 5-0 dans les dernières minutes rendit l’atmosphère irrespirable. « Je n’avais jamais vécu ça, avouait le coach brestois. Je pense que c’était pareil pour pas mal de mes joueuses. C’était une ambiance très difficile à appréhender et malgré tout, j’ai été surpris et satisfait de la capacité des filles à faire front ». Ce fut en effet le cas une part énorme de la rencontre. Suivant un plan de vol bien précis, les Brestoises ont admirablement imprimé le rythme d’une partie qui leur semblait définitivement promise. « C’est décevant parce que je pense qu’on avait réussi à emmener le match là où on voulait, poursuivait Laurent Bezeau. On ne voulait pas que le gymnase s’enflamme et on a réussi en ne prenant que cinq buts durant les trente premières minutes. Astride et Allison, dans le secteur central, ont bien négocié les points forts de l’attaque de Craiova, aidées par Cléo qui a fait les arrêts qu’il fallait ».

Et c’est peu de le dire tant la gardienne du BBH a brillé de mille feux, surtout en seconde période, où elle a longtemps maintenu en vie l’équipe qui peinait devant la furia roumaine. Elle s’est même permise le luxe d’éteindre les deux stars de Craiova Florianu et Ardean Elisei, écœurées devant tant de résistance. « Elle a été énorme derrière la défense qui a également bien fonctionné, lâchait d’ailleurs Allison Pineau. Malgré tout, Craiova parvenait à passer devant une seule fois, la bonne, à 1’30 de la fin dans un vacarme à tout casser. Une courte défaite 16-15, forcément dure à avaler mais qui préserve tout de même l’essentiel : le goal average face à l’adversaire du jour (victoire de Brest à l’aller, 25-22).

« C’est le petite consolation même si sur le coup on n’y pense pas vraiment, concluait Astride N’Gouan, très précieuse ce samedi. On avait décidé de ne rien lâcher mais ça n’a pas suffi. Alors il reste ce petit élément positif ». Qui a le mérite de simplifier grandement les choses. Maître total de son destin, le BBH sait non seulement qu’un nul contre Kuban lui octroierait le billet pour les quarts, il a aussi conscience qu’une victoire le propulserait automatiquement à la première place. Le public brestois n’a donc aucune excuse pour venir pousser les filles dimanche (15 heures). C’est une question de vie ou de mort.

CRAIOVA – BREST : 16-15 (5-9)
CRAIOVA : Dumanska (g.), Stanciu (g.), Lung (g.), Ardean Elisei (2), Colac, Florianu (1), Klikovac (3), Nikolic (2), Popescu, Pricopi, Radoi (2), Selaru, Ticu (2), Trifunovic (1), Tudor, Vizitiu (3). Entraîneur : B. Burcea.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Burlet, Coatanéa, Copy (2), Herbrecht, Limal, Manach-Le Calvé, Mangué (1), N’Gouan (4), Pineau (6), Pop-Lazic, Prouvensier, Sand, Stoiljkovic (1), Tissier (1). Entraîneur : L. Bezeau.