BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

02.10.18 | Christophe Cassan : « On ne veut pas faire de vagues »

Avant de rentrer de plain-pied dans la Ligue des Champions, le Brest Bretagne Handball se déplace mercredi dans le Loiret pour y affronter Fleury (20h30 à Saran). Le club champion de LFH en 2015 avance sans faire de bruit et progresse chaque saison pour retrouver un lustre pas si ancien. Christophe Cassan, le coach fleuryssois, dont le club a fixé un objectif de 5e/6e place cette saison, n’a pas forcément priorisé cette rencontre mais ne doute pas de l’enthousiasme de ses troupes à l’heure d’affronter les Brestoises.

« Quel bilan tirez-vous de ce mois de septembre très dense ?
- C’est un petit peu mitigé. On a connu trois mi-temps catastrophiques, une contre Nice et deux contre Chambray, mais aussi une performance contre Nantes qui ne nous a en revanche pas forcément rendu service ensuite dans l’approche des matches dits plus faciles. On a fini par Besançon où c’était un peu bizarre avec une intensité irrégulière. Sur cette rencontre, on a perdu sur blessure Bruna de Paula et Diankenba Nianh pour trois fois 2 minutes mais dans les attitudes, on a retrouvé un vrai esprit collectif qu’on avait perdu depuis Nantes.

- Comptablement, vous vous estimez en retard sur votre tableau de marche ?
- Oui, il nous manque deux ou trois points entre la défaite à Paris et les deux revers contre Nice ou Chambray. C’est surtout ces derniers qui nous mettent en difficulté. On va récupérer deux points contre Paris sur tapis vert mais ça, je ne le compte pas, je ne retiens que la valeur sportive, c’est ce qui prime. L’administratif, c’est le problème de mes dirigeants, moi je retiens qu’on a perdu là-bas de quatre buts. Notre phase aller est normalement plus compliqué que celle du retour puisqu’on recevra nos concurrents directs après la trêve, ça devrait donc être plus simple même si tout sera accroché, on en a conscience.

- Est-ce que la construction de votre groupe correspond à l’évolution que vous souhaitiez ?
- Oui, ce qu’on a à notre disposition donne une vraie plus-value à l’équipe. Globalement, je suis très satisfait de la progression de nos joueuses qui étaient déjà là et du recrutement qui a été effectué, notamment Alexandra Lacrabère qui nous apporte énormément d’exigence, de qualité technique, de gestion des ballons. Maintenant, l’absence de Kristina Elez pour maternité va devenir un handicap pour nous parce qu’on devait utiliser cette joueuse dans un registre bien particulier.

- Avez-vous l’impression d’être davantage attendus et craints cette saison ?
- Je ne sais pas trop, en tout cas nous on fait tout pour rester anonymes, discrets, avec beaucoup d’humilité. On ne veut pas faire de vagues. Je pense quand même qu’on est attendus mais essentiellement par nos concurrents directs. J’espère qu’à l’avenir, la construction de notre équipe nous amènera à l’être également par les gros du haut de tableau.

- Justement, quel regard avez-vous sur la course en tête cette saison ?
- Nantes est en retard dans son calendrier mais sera bien présent en play-offs, ça c’est une certitude. Besançon s’est stabilisé et a fait un recrutement intelligent. Sinon Brest et Metz restent au-dessus dans ce championnat avec beaucoup de garanties. Après, on va voir la gestion physique des joueuses qui sera faite dans ces clubs. C’est l’enchaînement des matches qui va faire la différence et la clé sera de savoir qui arrivera le plus frais dans les moments importants. Est-ce que Brest et Metz vont arbitrer notre championnat à nous ? Je ne pense pas parce qu’ils voudront assurer une suprématie et celle-ci peut être remise en cause à chaque faux pas. Il sera important pour ces deux équipes de décrocher le meilleur classement car je suis convaincu qu’un titre de champion se gagne au match retour à la maison.

- Cette rencontre contre Brest aura quelle importance dans votre esprit ?
- Ma priorité, c’est le match de Toulon et en aucun cas celui de Brest. Par contre, on s’entraîne pour préparer une rencontre de haut niveau à domicile face à l’un des favoris du championnat. Je pense donc que la motivation est toute naturelle pour se dépasser et mettre de l’enthousiasme pour accrocher cette équipe du BBH pendant 40 ou 45 minutes. Au vu de nos forces en présence, ça pourrait être l’objectif ».


(crédit photos : O.Stephan/ BBH)