BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

02.02.18 | Laurent Bezeau : « Ça va être particulier »

À l’heure d’affronter Craiova dans une rencontre pouvant être décisive pour la qualification en quart de finale de la Coupe EHF, Laurent Bezeau est sur ses gardes. L’entraîneur brestois s’attend un match très spécial, dans un environnement compliqué. On fait le point avec lui avant ce choc (samedi, 17 heures).


UN PHYSIQUE EN BON ÉTAT…
« Je pourrai répondre complètement à cette question après le match de Craiova qui conclura la période de janvier. Une chose est certaine, c’est qu’on a appris de la saison dernière durant laquelle on s’était rendus compte qu’on se dégradait physiquement au fur et à mesure parce qu’on ne maintenait pas une quantité et une qualité de travail physique. On s’entraînait toujours autant mais on faisait davantage de tactique. L’idée cette année est de panacher les deux.
Il y a une autre différence cette fois, c’est qu’on n’a pas démarré cette période avec trois arrières blessées. Aujourd’hui, hormis le départ de Melinda, qui a été comblé par Lindsay avec plus de temps de jeu, je peux solliciter toutes les joueuses. J’ai vraiment le sentiment, même si je me retrouve parfois avec l’obligation de faire appel à des joueuses qui font la différence, de faire tourner ».

… MAIS LA PRUDENDE EST DE MISE
« On est début février, on doit faire très attention, rester sur nos gardes. Il y a une relation de confiance entre le staff et les joueuses mais il y a un aspect que je ne contrôle pas, c’est ce qu’elles font dans la vie de tous les jours. Une chose est sûre, dans cette période, si tu ne t’accordes pas du temps pour vraiment récupérer et te coucher à des heures raisonnables, il ne faut pas s’étonner d’être fatigué. Je ne sais pas si toutes les joueuses ont cette maturité d’arriver à s’infliger une discipline par rapport au sommeil ou à la nutrition ».

UNE PÉRIODE DE MERCATO DESTABILISANTE ?
« Je ne me pose absolument pas la question. J’ai un effectif avec des joueuses qui ont des contrats commençant le 1er juillet et se terminant le 30 juin. Si jamais certaines n’étaient pas dans cette optique-là, ça voudrait dire qu’elles n’auraient pas un comportement professionnel. La motivation intrinsèque dépend de tellement de leviers, de cette problématique : « qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné tu te sublimes pour obtenir un résultat ? » C’est propre à chacun, à une dynamique de groupe et à l’envie de réussir des choses ensemble. Je ne me pose en tout cas de questions durant cette période de mercato, et je n’en ai pas envie d’ailleurs ! Si j’en arrivais là, ça voudrait dire que je n’ai pas confiance en elles ».


LE MATCH ALLER CONTRE CRAIOVA
« C’était la première rencontre de coupe d’Europe après six défaites en Ligue des Champions et une période très complexe. On reprenait face à une équipe roumaine qu’on savait dangereuse. On venait aussi de perdre à Nice et on ne savait pas trop où on allait. J’ai trouvé que les filles avaient répondu présent et s’étaient impliquées. Elles avaient mis en place des choses intéressantes, je pense notamment à la charnière centrale Astride-Allison. Ce qui est dommage, c’est qu’on n’ait gagné que de trois buts. Il aurait été estimable de pouvoir faire un plus grand écart ».


UNE REVANCHE DIFFÉRENTE À PRÉVOIR ?
« Ça va être complètement différent parce que déjà chaque équipe a évolué. Ensuite il y aura le contexte, un des plus défavorables que l’on ait connus. Les filles de Craiova seront dans un engagement total. Elles ont un jeu basé énormément sur le duel, en attaque et en défense, et quand tu as 4 000 personnes qui te poussent, t’es obligé d’être à fond. La question est : comment va-t-on réagir dans cet environnement alors qu’on est d’habitude dans le confort de l’Arena ? Dans la dimension physique et mentale, ça va être particulier. Il y aura du monde, et pas forcément avec le comportement dont on a l’habitude chez nous. Le public brestois est peut-être le plus fair play que je connaisse et j’en ai vus pas mal… Je ne l’ai par exemple jamais entendu siffler ou insulter une joueuse ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)