BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

01.11.17 | Metz garde la main

Face à un leader sûr de son handball, le BBH a enregistré sa première défaite de la saison en LFH (26-30), non sans avoir démérité. Le vécu et la sérénité des Messines auront fait la différence dans une partie qui s’est décanté à l’approche de la mi-temps. Place maintenant pour les deux équipes, et selon leur entraîneur respectif, aux deux rencontres les plus importantes de la semaine, en Ligue des Champions face à Midtjylland et Buducnost.

L’histoire de cette saison retiendra donc que le BBH aura conservé son invincibilité dans l’hexagone durant neuf journées. L’histoire un peu plus large pourra évoquer celle du Metz Handball qui tient depuis maintenant plus d’un an en France. Ce constat, en toute simplicité, montre que les Lorraines ont encore un temps d’avance sur les Bretonnes mais celles-ci pourront aussi se convaincre que l’écart n’est pas si monstrueux. « Metz, c’est la meilleure formation française et parmi ce qui se fait de mieux en Europe, appuyait volontiers Laurent Bezeau. Il fallait s’attendre à un match comme cela mais malgré tout, on a réussi à l’embêter ».

Tout est ainsi à peu près résumé dans la nuance apportée par le technicien brestois. « Ce soir, on a vu la différence entre une équipe en place depuis trois ans avec un projet de jeu qui n’a pas changé, juste quelques détails à régler, poursuivait-il. Nous, on n’a pas encore cela mais malgré tout, on ne finit qu’à 26-30 ». Dans les mots de son homologue messin, il y avait d’ailleurs aussi un chouïa de mécontentement. « Non, je suis pas entièrement satisfait du contenu parce qu’on a perdu beaucoup de ballons, argumentait Manu Mayonnade. On a pris 26 buts et je trouve que c’est un peu beaucoup. Ce n’était pas un contexte favorable pour nous, avec 4 000 personnes qui font beaucoup de bruit mais ces rencontres nous préparent aussi au mieux aux échéances européennes ».

La Ligue des Champions, bien vite dans la tête des entraîneurs après ce choc français, l’était aussi avant le match. Brest pour survivre, Metz pour s’assurer un avenir radieux, ont l’obligation de gagner ce week-end à Midtjylland (Danemark) et Buducnost (Monténégro). Alors non, ce duel entre les deux costauds du championnat n’allait pas les empêcher de dormir. « On avait la volonté de rester la seule équipe invaincue en LFH mais cette victoire ne nous garantit absolument rien pour la fin de saison », avançait d’un côté Manu Mayonnade. « Le match le plus important, c’est Midtjylland. Aujourd’hui, ça ne remet rien en cause par rapport au championnat ou à une qualification pour la Coupe d’Europe », confirmait son confrère brestois.

À part ça, l’Arena comble a tout de même vu du handball de très haut niveau car on ne se refait pas quand on est dans la compétition, on veut tous gagner. Et bien installées dans le combat physique, les Brestoises ont proposé une excellente résistance à leurs adversaires et d’abord un vrai mano à mano au public (6-5, 12e ; 8-8, 18e ; 11-11, 26e). Seules trois petites minutes imprécises avant le repos ont permis aux Messines de faire une première différence. « On avait l’ambition de défendre intelligemment et d’envoyer derrière deux ou trois ballons assez vite, ça nous permettait de souffler un peu », détaillait le coach du MHB. Une recette qui fonctionna dès que les Brestoises remirent les pieds un peu trop près d’un éventuel succès. Revenues à deux petites longueurs (17-19, 42e ; 19-21, 45e), elles allaient voir là s’envoler leurs derniers espoirs, martyrisées par le bras d’Ana Gros (10/11 aux tirs) et la puissance de Laurisa Landre au pivot (5/6).

« Quand Metz est devant, c’est toujours difficile pour l’adversaire parce que les joueuses restent sereines, regrettait Laurent Bezeau. Mais les filles ont vraiment été courageuses et j’ai vu quelques choses positives, on aurait peut-être pu les accrocher. Il y a aussi eu trois décisions du corps arbitral qui nous pénalisent fortement mais c’est toujours pareil, c’est l’équipe présumée la plus forte qui a les décisions… » Tout le monde se rejoindra en tout cas sur le fait que ce match ne pourra que faire grandir le collectif brestois et lui apporter une couche supplémentaire de vécu. Quitte à ce que cela puisse servir dès ce week-end au Danemark…

BREST – METZ : 26-30 (12-14)
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Burlet (1), Coatanéa (2), Geiger (3), Limal (1), N’Gouan (2), Herbrecht, Manach-Le Calvé (2), Pop-Lazic (3), Prouvensier, Sand (4), Stoiljkovic (7), Tissier (1). Entraîneur : L. Bezeau.
METZ : Rajcic (g.), Dos-Reis (g.), Edwige, Flippes (3), Gros (10), Houette (2), Kanor, Landre (5), Luciano (3), Maubon (2), Nocandy (1), Sajka, Smits (2), Zaadi (2). Entraîneur : E. Mayonnade.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)